Un « haut responsable » du gouvernement Trump dénonce les travers du président américain

Le New York Times a publié mercredi une tribune dans laquelle un "haut responsable" du gouvernement Trump dénonce anonymement "l'amoralité et l'instabilité" du président. Il explique faire partie de la résistance au sein de l'administration.

belgaimage-139614425

Le président américain est attaqué de toutes parts. Il y a d’abord eu la diffusion de larges extraits du livre Fear : Trump in the White House de Bob Woodward, journaliste star du Washington Post par qui le scandale du Watergate est arrivé, qui relate le chaos qui semble régner au sein de l’Administration Trump. En révélant des scènes du quotidien d’un président qui a l’air de ne pas bien comprendre les règles d’une telle institution, le journaliste dépeint une équipe au bord de la dépression nerveuse face à un homme colérique qui ne mâche pas ses mots et se permet d’insulter copieusement ses collaborateurs. Il y décrit également des scènes qui semblent tout droit sortir de la science fiction. Les cadres doivent alors redoubler d’effort pour tenter de minimiser l’impact des décisions d’un président erratique. Extraits auxquels Donald Trump n’a pas tardé à répondre dans une avalanche de tweets, comme à son habitude, écrivant en majuscules le livre de Woodward était truffé de mensonges. « Il dit que j’ai traité Jeff Sessions de retardé mental et de crétin sudiste. Je n’ai rien dit de tel, n’ai jamais utilisé ces termes pour parler de quelqu’un, y compris Jeff, et être du Sud est super. Il a inventé ça pour nous diviser ».

Deuxième coup de massue : la publication d’une tribune anonyme au vitriol dans le New York Times qui a fait sortir Trump de ses gonds. Intitulé « Je fais partie de la résistance au sein de l’administration Trump », ce texte décrit l’atmosphère pesante de la Maison Blanche et explique qu’il se doit de protéger son pays contre le comportement du milliardaire. « Nous pensons que nous avons d’abord un devoir envers notre pays, et que le président continue à agir d’une façon néfaste à la bonne santé de notre république »

« Soyons clair: notre «résistance» n’est pas la résistance populaire de la gauche. Nous voulons que ce gouvernement réussisse et pensons que beaucoup de ses politiques ont déjà rendu l’Amérique plus sûre et plus prospère. Mais nous croyons que notre premier devoir est envers ce pays, et le président continue d’agir d’une manière qui nuit à la bonne santé de notre République. C’est pourquoi beaucoup de responsables nommés par Trump se sont engagés à faire leur possible pour préserver nos institutions démocratiques en déjouant ses impulsions malavisées jusqu’à ce qu’il ne soit plus en fonction ».

« La racine du problème est l’amoralité du président. Quiconque travaille avec lui sait qu’il n’est arrimé à aucun principe fondamental discernable guidant ses prises de décisions. Bien qu’élu en tant que républicain, il montre peu d’affinités pour les idéaux adoptés de longue date par les conservateurs: esprits libres, marchés libres, individus libres. Au mieux, il a invoqué ces idéaux dans des déclarations préparées à l’avance. Au pire, il les a carrément attaqués ».

Exceptionnellement, le journal a accepté de préserver l’anonymat de sa source, qui perdrait à coup sûr son emploi si son identité était révélée. Trump, lui, a explosé sur Twitter, écrivant en majuscule « TRAHISON ? »

Plus d'actualité