La présentatrice météo Cécile Djunga dénonce les « tonnes de messages racistes » qu’elle reçoit

Dans une vidéo postée sur Facebook, l'animatrice de la RTBF s'indigne avec émotion des attaques haineuses et incessantes de certains téléspectateurs auxquelles elle doit faire face.

Cécile Djunga

« Hier, au boulot, à la météo, il y a une dame qui a appelé pour dire que j’étais trop noire, qu’on ne voyait rien à l’écran, qu’on ne voyait que mes vêtements et que je ne passais pas bien à la télé parce que j’étais trop noire et qu’il fallait me le dire », explique Cécile Djunga, au bord des larmes. Elle exprime son ras-le-bol face aux dizaines de messages racistes qu’elle reçoit depuis qu’elle a commencé à présenter la météo sur la RTBF, il y a un an.

La jeune femme a décidé de briser le silence, de dénoncer ces comportements inacceptables et promet de balancer toutes les insultes racistes qu’elle recevra à l’avenir. « Je suis partagée entre plusieurs sentiments, parce que je crois quand même qu’on touche le fond. Ça commence à vraiment m’énerver ce genre de message, ça ne s’arrête pas, depuis un an que je fais ce métier. Je reçois des tonnes de messages racistes, insultants, ça me met en colère et ça me touche parce que je suis un être humain en fait. Recevoir des messages tels que « sale négresse rentre dans ton pays », j’en ai marre. J’ai décidé que j’allais le dire parce qu’il y a trop de gens qui pensent qu’en Belgique, le racisme ça n’existe pas ».

Vue par plus de 415.000 personnes, la vidéo est rapidement devenue virale. Cécile Djunga a reçu le soutien de sa direction. Jean-Paul Philippot, l’administrateur général de la RTBF, expliquait ce matin sur La Première qu’il envisageait des recours. « J’ai reçu de Cécile hier soir toute une série de messages qu’elle a reçus ces derniers mois et auxquels elle n’avait pas réagi. C’est un torrent de boue et ce torrent de boue-là, il n’a pas sa place en Belgique, il n’a pas sa place dans une société démocratique, et nous allons faire respecter la loi et envisager dès aujourd’hui toutes actions pour poursuivre ces personnes ».

Plus d'actualité