Vous ne dormez pas assez

Dans nos pays industrialisés, de moins en moins de personnes dorment suffisamment. Ce manque de sommeil chronique a des effets sur notre santé, notre vie sociale… et coûterait de l’argent à nos économies.

hernan-sanchez-160709-unsplash

400 milliards de dollars, voilà le coût que représente en pertes économique le manque de sommeil des Américains, soit 1,23 million de journées de travail perdues chaque année. Ces chiffres proviennent d’une récente étude menée par le Centre américain de prévention et de contrôle des maladies (CDC) qui qualifie le manque de sommeil de « problème de santé publique ». Aux États-Unis, plus d’un tiers des adultes américains ne dorment pas assez.

Ce problème ne concerne pas uniquement le pays de l’Oncle Sam, mais bien la majorité des pays industrialisés. Chez nous, d’après une étude menée par Newpharma, 96% des Belges seraient touchés (occasionnellement ou régulièrement) par des troubles du sommeil et plus d’une personne sur deux estime ne pas dormir assez. Pour 50% des sondés, cette carence en sommeil serait due à de l’anxiété.

Écriteau Don't try to sleep here © Maria Freyenbacher

Écriteau sur un mur à Kissimmee (États-Unis) © Maria Freyenbacher

L’étude du CDC constate qu’un sommeil insuffisant réduirait la productivité des travailleurs, entraînant « des conséquences économiques considérables ». Les chercheurs vont même jusqu’à lier l’accident de la navette spatiale Challenger de 1986 (l’appareil avait explosé juste après son décollage faisant sept morts ) à une erreur humaine due au manque de sommeil.

Pourquoi on dort mal

Si le manque de sommeil touche majoritairement les pays industrialisés, ce n’est pas par hasard… Selon les chercheurs, nos modes de vie ultra pressés, ainsi que la consommation d’alcool, le tabagisme, l’utilisation des médias et le stress psychosocial sont autant de facteurs nous empêchant d’avoir un sommeil paisible. Un problème entretenu par la banalisation de la fatigue. « Le fait de mal dormir est vu comme quelque chose de normal faisant partie de la vie », explique le Docteur David Hillman au New York Times. « Dans de nombreuses entreprises, dormir est alors un signe de faiblesse ». Or, de nombreux scientifiques s’accordent pour dire qu’un employé reposé est (logiquement) bien plus efficace.

Des conséquences désastreuses

« C’est alarmant car nous constatons que le manque de sommeil est lié à toute une série de conséquences sanitaires et sociales négatives, comme la réussite scolaire et professionnelle. Au cours des dernières décennies, de nombreux facteurs nous ont prouvé qu’il y a bel et bien un lien entre le manque de sommeil et une mortalité élevée », s’inquiètent les auteurs de l’étude. Mal dormir et en quantité insuffisante entraînerait une prise de poids, des problèmes digestifs, des troubles de l’humeur et de la mémoire, un vieillissement prématuré des cellules, de la dépression, voire même certains cancers. Pour le Docteur Hillman, éduquer les jeunes à l’importance du sommeil ferait partie de la solution, car les mauvaises habitudes de sommeil seraient acquises durant notre jeunesse.

Les bases pour un meilleur sommeil

  • Mettre une alarme… pour aller dormir
  • Ne pas faire « snooze » le matin
  • Ne pas trop chauffer la chambre à coucher
  • Arrêter la caféine dans l’après-midi
  • Éviter les repas lourds et l’alcool le soir
  • Ne pas dormir avec son animal de compagnie
  • Choisir un matelas et un oreiller adaptés

Plus d'actualité