Canicule: les impacts inattendus

Au fil des jours, cette chaleur intense perturbe tous les secteurs d’activité. Certaines habitudes devront évoluer.

canicule_illu_ouverture_c_belgaimage

Au cœur de l’hiver, une nette augmentation de la chaleur fait rêver. Aujourd’hui, elle assèche, coupe le souffle. L’installation de la canicule amène de vrais changements au quotidien. Le thermomètre pourrait même ne pas en rester là. Certains météorologues évoquent des températures de plus de 50 °C, en Belgique, dans les années à venir. En cette période de vacances, un tel coup de chaud poussera peut-être les touristes à se rendre dans des destinations plus au nord: avec des températures de plus de 45, l’Espagne, le Portugal ou la Grèce, voire la Tunisie ou le Maroc, pourraient perdre leur leadership touristique. Même la Suède a connu son mois de juillet le plus chaud depuis 250 ans. Elle en a d’ailleurs perdu son point culminant, un glacier, le pic sud du Kebnekaise.

Cette chaleur plombe naturellement le prix de certaines denrées, tel le blé qui a franchi la barre des 200 euros la tonne. Tout comme le colza, l’orge voit aussi son cours progresser, inquiétant le monde brassicole. Aujourd’hui, les agriculteurs surveillent le maïs, la betterave, la pomme de terre et pleurent leur fourrage. Ils constatent aussi la baisse importante de rendement des vaches laitières.Si ces dernières produisent moins, les centrales nucléaires aussi. En France, EDF a annoncé que quatre réacteurs nucléaires étaient temporairement fermés. Cette décision a été prise pour éviter une surchauffe des installations.

Eau, nourriture, énergie et… mobilité. Sur nos routes, l’Institut belge pour la sécurité routière (Vias) a évalué que la vague de chaleur actuelle provoque 15 % d’accidents de la route en plus: cela concerne principalement les usagers faibles – piétons et cyclistes – plus présents lorsque le soleil fait son apparition. Les autres moyens de locomotion, comme les trains ou trams, prennent aussi du  retard suite à la dilatation des rails ou à la détente des caténaires.

Même les entreprises sont touchées dans leur relation de voisinage par cette canicule. Une croissance des plaintes des riverains pour des odeurs désagréables dans certains quartiers est constatée. Tant les activités de recyclage que de peinture ou même brassicoles – comme à Jupille – se dégradent par cette chaleur.

Ce soleil permanent bouscule donc les relations humaines comme l’ont démontré des chercheurs américains. Ils ont étudié l’impact des fortes chaleurs sur notre humeur: agressivité inhabituelle, violence suite à une déshydratation accrue et un manque d’oxygène dans le cerveau. Le plus sombre des changements sera, sans conteste, le décès en Belgique, cet été, de 2.000 à 3.000 personnes supplémentaires (suivant la durée) qui succomberont aux effets secondaires de cette vague de chaleur

Sur le même sujet
Plus d'actualité