Libération de l’adolescente palestinienne Ahed Tamimi

Devenue une icône pour les Palestiniens depuis son arrestation en décembre dernier, Ahed Tamimi a été libérée.

Ahed al-Tamimi © Belga Image

Ce dimanche, l’activiste palestinienne Ahed Tamimi, 17 ans, a été libérée de la prison israélienne où elle purgeait une peine de huit mois pour incitation et agression. La jeune adolescente avait été inculpée le 19 décembre 2017 par un tribunal militaire après la diffusion d’une vidéo sur Facebook devenue virale où on la voit donner des coups de pied et des gifles à deux soldats israéliens. Sa mère, Nariman, qui a posté la vidéo de sa fille sur les réseaux sociaux, a purgé une peine similaire pour incitation.

Depuis, Tamimi est devenue un symbole du mouvement protestataire contre l’occupation israélienne en Cisjordanie. Son arrestation a également attiré davantage l’attention sur la détention de mineurs palestiniens par Israël. Selon les statistiques publiées au début du mois par le centre d’information israélien pour les droits humains B’Tselem, 291 mineurs palestiniens ont été détenus dans les prisons israéliennes.

Accueillie en héroïne, Tamimi s’est addressée à plus d’une centaine de journalistes et à une foule de supporteurs dans son village natal, Nabi Saleh, où elle donnait une conférence de presse. “La résistance continuera jusqu’à ce que l’occupation prenne fin”, a-t-elle déclaré. Elle s’est ensuite rendue sur la tombe de l’ancien président de l’Organisation de libération de la Palestine, Yasser Arafat, et a également été reçue par le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas, qui a décrit l’adolescente comme un « modèle du combat palestinien ».

Portrait de Ahed al-Tamimi sur le mur de séparation en Cisjordanie © Belga Image

La veille, la police israélienne arrêtait deux Italiens et un Palestinien pour avoir peint un portrait d’Ahed Tamimi sur le mur de séparation en Cisjordanie.

Plus d'actualité