La trajectoire incroyable d’Alexandria Ocasio-Cortez, figure émergente de la politique anti-Trump

Elle était serveuse il y a six mois encore. Elle est aujourd'hui pressentie pour devenir membre du Congrès américain pour le parti Démocrate. La jeune femme de 28 ans, originaire du Bronx, affiche un parcours hors du commun.

alexandria_ocasio-cortez

Quand Alexandria Ocasio-Cortez a appris qu’elle avait remporté une large victoire contre Joseph Crowley, un des leaders du parti démocrate à la Chambre des représentants, élu depuis 19 ans, elle est littéralement restée bouche bée, les yeux écarquillés par l’ahurissement. Façon cartoon. Personne n’aurait osé imaginer une telle issue. Sa réaction, filmée en direct, fait plaisir à voir. Pas de fausse pudeur, pas d’étonnement feint. Le genre d’histoire que le grand public adore et qui s’est propagée comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux. C’est qu’Alexandria Ocasio-Cortez est une nouvelle venue dans le paysage politique : elle était encore serveuse il y a six mois. On retrouve d’ailleurs toujours sa photo sur le site de son dernier employeur, un bar à cocktails de Manhattan.

Son nom résonne aujourd’hui comme celui d’un tremblement de terre aux États-Unis. Originaire du Bronx, la jeune femme est issue d’un milieu modeste. Son père, décédé d’un cancer au plus fort de la crise des subprimes en 2008, laisse sa famille dans le besoin. Elle doit alors se résoudre à travailler dans un restaurant et mettre ses études de côté pour que sa mère originaire de Porto-Rico parvienne encore à payer les traites de sa maison. De cette expérience, elle tire l’envie de changer son pays – en commençant par sa juridiction basée entre le Queens et le Bronx – et base sa campagne sur la baisse du prix des loyers, l’accès aux soins pour les plus démunis et une scolarité gratuite.

La jeune femme, interviewée par le magazine Vogue, y raconte son histoire: « J’ai grandi au milieu de cinq personnes dans un appartement avec une seule chambre. Ma famille est basée dans le Bronx depuis trois générations et ma propre mère ne peut même plus assumer un loyer dans cette même ville, dans le même état que moi, parce que tout est devenu trop cher ». « Les personnes comme moi ne sont pas censées se présenter aux élections », ajoute-t-elle, posant sa ligne de combat: « Pour moi, ce que signifie le socialisme, c’est de garantir un niveau de dignité fondamental. C’est affirmer la force de dire que l’Amérique que nous voulons et l’Amérique dont nous sommes fiers elle celle où tous les enfants peuvent accéder à une éducation digne. C’est celle dans laquelle personne n’est trop pauvre pour avoir les médicaments dont il a besoin pour vivre. » La candidate pourrait être le futur du parti démocrate et provoquer un glissement vers la gauche chez ces derniers, déjà sous la pression de la percée de Bernie Sanders lors des dernières primaires pour la présidentielles.

Sur le même sujet
Plus d'actualité