Qui sont Soraya Belkacemi et Lucile Garcia, les victimes de l’attentat de Liège ?

Courageuses et très humaines, les deux policières Soraya Belkacemi et Lucile Garcia ont perdu la vie tout comme le jeune de 22 ans Cyril Vangrieken à la suite de l'attentat perpétré par Benjamin Herman.

33870906_1599831990140128_7267592458815406080_n

 » L’objectif de l’assassin était de s’en prendre à la police. » Christian Beaupère, le chef de corps de la police de Liège, a résumé en quelques mots les motifs du drame qui s’est déroulé sous les yeux des Liégeois ce mardi 29 mai 2018. Tout a commencé à 10h30 lorsque Benjamin Herman, qui avait quitté la prison de Marche-en-Famenne avec une autorisation de sortie pour quelques heures, s’est dirigé dans le quartier situé entre le boulevard d’Avroy et l’athénée Léonie de Waha. L’assaillant a poignardé deux policières en exercice, Soraya Belkacemi et Lucile Garcia, âgées de 45 et 53 ans…. avant de tuer Cyril Vangrieken, 22 ans, devant les yeux de sa maman.

Policières merveilleuses

La police de Liège perd deux femmes courageuses volontaires et combatives et très appréciées. Pour la zone de Police de Liège, Soraya Belkacemi et Lucile Garcia étaient  » des femmes, mères et policières merveilleuses. Il n’y a pas de mots suffisants pour décrire l’émotion qui anime tous nos collègues « .

Soraya Belkacemi était la maman de jumelles de 13 ans qui avaient déjà perdu leur papa, policier également, 13 ans plus tôt. Elle s’est investie très tôt dans la police contrairement à sa collègue, Lucile Garcia, en service depuis 2010 seulement. Cette maman d’un fils de 25 ans provenait de la région du plateau de Herve. Marquée par la perte d’un fils, Axel, d’un peu plus de 20 ans, dans un accident de la circulation, elle investissait bénévolement une partie de son temps dans l’ASBL Parents d’enfants victimes de la route. Mariée depuis peu avec un policier liégeois, elle était devenue il y a peu pour la deuxième fois grand-mère.

police, drame, attentat, liège, famille, avroy

Un futur instituteur

Cyril, la troisième victime, allait devenir instituteur. Venant de Vottem (à 15 min au nord de Liège) ce mardi 29 mai, sa maman le conduisait à la Haute école de la Ville de Liège pour y rendre son travail de fin d’études.  » Un étudiant qui avait le sourire, qui rendait service pour n’importe quelle circonstance, qui faisait tellement rire ses ami(e)s de classe, qui les encourageait pendant les stages et les examens, qui était plus que généreux ! » décrivait en quelques mots le Conseil Étudiant de la Haute école sur leur page Facebook, qui ajoutait :  » Un garçon si gentil et amoureux de la pédagogie. En dernière année, il était un exemple pour toutes et tous… Avant de rendre son ultime travail qui lui ouvrirait les portes de ses rêves, une personne malveillante lui a ôté sa vie, sans aucune raison. »

À côté de ces personnes qui ont perdu la vie, la police de Liège a également dû compter quatre blessés dont l’un, gravement blessé, et l’autre qui a déjà pu quitter l’hôpital. Un autre décès a été constaté à On, près de Marche-en-Famenne, la veille du drame. Un ami du tueur, Benjamin Herman, y a été découvert assassiné. Il s’agissait de Michaël Wilmet.

L’enquête se poursuit pour connaître les circonstances exactes des gestes posés par Benjamin Herman. Multirécidiviste, cet homme violent et instable, aurait été radicalisé au contact d’autres détenus à la prison de Marche. Les faits sont qualifiés d’assassinats terroristes et de tentatives d’assassinats terroristes par la justice.

Sur le même sujet
Plus d'actualité