Les Européens quittent le domicile parental de plus en plus tard

Les pays du sud de l'Europe, comme l’Italie ou le Monténégro, tiennent le haut du classement des "Tanguy" selon une nouvelle étude d'Eurostat.

belgaimage-38772958

Vous habitez chez vos parents? La question peut faire sourire. D’autant qu’elle s’accompagne soit d’une grande dose de second degré, soit d’une invitation à nouer des liens plus intimes. Et si elle semble un peu datée, elle serait en fait plus d’actualité que jamais. En 2018, il n’est pas toujours évident de prendre son envol.
 
Études à rallonge, augmentation du prix des logements, célibat, contexte économique, marché de l’emploi complexe, etc. Passé la majorité, les raisons de rester (longtemps) chez papa-maman sont nombreuses. Une tendance qui semble s’affirmer avec les années… et la situation géographique. En effet, plus on habite dans le sud de l’Europe et plus la date de départ a tendance à reculer.

graphique
 
C’est du moins ce qui ressort de la nouvelle étude d’Eurostat, qui a compilé les âges moyens auxquels les jeunes quittent le domicile familial pour voler de leurs propres ailes. Et assumer leur propre loyer. Les temps fort de la vie, qui assuraient le passage à l’âge adulte il y a encore quelques années, ne se déroulent plus forcément dans l’ordre établi, soit  : diplôme, emploi, couple pour enfin s’affirmer avec un mariage et des enfants. Aujourd’hui, il n’est pas rare de revenir habiter chez ses parents après avoir fini ses études, faute d’avoir trouvé un emploi.

L’idée d’une génération Tanguy est sans doute un peu clichée, mais tire vers la réalité dans des pays comme la Croatie, l’Italie ou le Monténégro. On y quitte respectivement le domicile familial en moyenne à 31,9 ans, à 30,1 ans et enfin à 32,5 ans, soit le record absolu en Europe. En Belgique en revanche, les jeunes sont assez prompt à quitter la maison qui les a vu grandir, puisque qu’ils s’installent seuls en moyenne aux alentours de 23 ans. L’accès à l’indépendance dépendrait non seulement des ressources disponibles, mais aussi de la réalité culturelle des différents pays qui composent l’Europe.

Sur le même sujet
Plus d'actualité