« Appelez-moi Océan » : le coming-out trans d’Océanerosemarie

Le 17 mai est la journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie. C’est la date choisie judicieusement par l’humoriste Océanerosemarie pour faire son coming-out trans.

Océan © Komitid

« Je vous demanderai donc à partir de maintenant de m’appeler Océan et de me genrer au masculin ». Connu du grand public depuis son spectacle La Lesbienne Invisible, créé il y a dix ans, le comédien s’est confié sur sa décision au site d’actu LGTB+ Komitid dans une vidéo touchante. Il revient sur son parcours et sur les raisons qui l’ont amené à prendre cette initiative importante. « Ces années de lesbienne publique m’on beaucoup aidé à m’affirmer, à m’accepter et finalement à me diriger vers moi, à accepter qui je suis profondément, à ne plus avoir peur d’être moi-même et à comprendre notamment qu’être “masculine“ pour une fille, ce n’est pas moins bien qu’être féminine, mais juste différent et très cool ». 

Dans La Lesbienne invisible, one-man-show à l’énorme succès (plus de 550 représentations et 40 000 spectateurs), il racontait avec beaucoup d’humour son quotidien de lesbienne et les nombreux stéréotypes auxquels doivent faire face les femmes homosexuelles. Dans son deuxième spectacle Chatons violents, l’humoriste s’éloignait du thème de l’homosexualité et abordait plusieurs sujets comme les bobos parisiens, le couple, le racisme de gauche et la violence intérieure.

Dans sa vidéo coming-out, Océan se livre sur le profond malaise qui l’habitait depuis plusieurs années : « Il y a deux ans, après avoir compris que le masculin en moi avait toujours été contrôlé, écrasé, contenu, parce que j’avais peur de le laisser surgir, j’ai décidé que ça suffisait. J’ai compris que ce que je vivais, c’était tout simplement de la transphobie intériorisée », confie-t-il. « J’ai compris que j’étais épuisé d’être une femme parce que ce n’était pas en adéquation avec qui je me sentais intérieurement. J’ai donc pris la décision de changer de genre et de m’affirmer tel que je suis : un homme-trans ».

Né à Paris en 1977, Océan s’est plongé dans le milieu artistique depuis son adolescence : théâtre, chant, piano, guitare, violon. Diplômé en licence de Lettres en 1998, il quitte Paris pour s’installer à Marseille. C’est d’abord dans la musique et non sur scène que se fera connaître l’artiste puisqu’il sort deux albums entre 2005 et 2007 sous le nom Oshen : Don Juan et Je ne suis pas de celle. De retour sur Paris en 2008, il écrit La Lesbienne invisible qui sera mis en scène par Murielle Magellan. Également auteur de bouquins, il se lance dans la réalisation cinématographique en 2017 avec Embrasse-moi!, une comédie romantique qui fait tomber les préjugés sur les homosexuels.

C’est désormais sous le nom Océan que va se poursuivre la carrière (et la vie) de l’artiste qui dit « assumer le côté mégalo de ce prénom […], un prénom aussi merveilleux que peut l’être la transidentité ».

Sur le même sujet
Plus d'actualité