Il y a les Montois et les chambourlettes qui s’ignorent

À la rédaction de Moustique, il n’y a pas que des Bruxellois

Illu Dossier Mons ©Moustique

Il y a des Liégeois. Ceux-là ont connu l’excitation de travailler sur “leur numéro”. À la rédaction, il y a des Carolos, ils ont été les premiers à concevoir un dossier spécial Charleroi, ville avec laquelle notre magazine entretient toujours un lien familial puisque c’est là qu’il est né. Alors oui, à la rédaction de Moustique, il n’y a pas beaucoup de Montois. Nous sommes deux. Et encore, pas tous les jours de la semaine. Mais deux Montois dont un mi-temps, ça fait du bruit pour quatre et ça sait se faire respecter lorsque les autres attaquent à la fine bouche François Pirette, les terrils et les trainings du Borinage, la gare de Mons (trois containers, d’accord, mais trois containers qui ont un cœur grand comme ça) ou les côtes de porc à l’berdouille (quand ils savent ce que c’est). Les autres, ces pauvres chambourlettes qui s’ignorent… Les chambourlettes qui, dans notre patois, désignent les invités de la Ducasse que les Montois accueillent avec les égards dus aux ducs le temps d’une phénoménale orgie médiévale à ciel ouvert et à open bars. À deux semaines de l’événement, les habitants de la cité du Doudou ne se tiennent plus et s’entraînent pour affronter le Dragon. Même s’ils connaissent l’issue du combat, ils ne peuvent pas rater ça.

Découvrez notre dossier sur Mons en librairie à partir de ce mercredi ou dès maintenant sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android en cliquant sur la cover ci-dessous.

Moustique du 16 mai - Cover ©Moustique

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité