Deux découvertes majeures dans la lutte contre le cancer

En un mois, la Belgique a annoncé deux découvertes majeures dans le combat contre le cancer. Et c’est en grande partie grâce à vous.

A l'ULB, Cédric Blanpain et son équipe progressent dans la compréhension des métastases. ©Reporters/Herchaft

Les nouvelles étaient déjà bonnes. Entre 1990 et 2014, 85.000 vies supplémentaires ont été sauvées en Belgique grâce aux progrès issus de la recherche contre le cancer, annonçait récemment la Fondation contre le cancer. Elles sont même encore meilleures. Voici un mois, des scientifiques belges de l’UCL, dont le Pr Olivier Feron, réalisaient deux découvertes importantes contre le cancer, concernant la maîtrise du développement des tumeurs cancéreuses et le contrôle de leur consommation d’oxygène. Et il y a quelques jours, toujours en Belgique, c’est la compréhension des métastases qui a fait un grand pas en avant. À l’ULB, des scientifiques ont identifié différents états “de transitions cellulaires” au cours de la progression du cancer. L’objectif des recherches de l’équipe du Pr Cédric Blanpain est de mieux bloquer la progression de la tumeur et de ses métastases. Et pour ce faire, isoler des familles de cellules et identifier les populations de cellules tumorales. 

Ce travail, l’équipe de l’ULB a réussi à le mener grâce au concours d’une femme, une Ukrainienne, Ievgenia Pastushenko. Ses recherches ont permis de mieux comprendre quels étaient les types de cellules à l’origine des métastases. Une découverte essentielle pour mieux combattre le cancer, les chercheurs ayant pu suivre les métastases dans leurs déplacements et leurs développement à différents  endroits du corps: ganglions lympha-tiques, cerveau, os, poumons ou foie. À présent, ils vont pouvoir développer de nouvelles stratégies pour bloquer ces cellules itinérantes, limiter la progression tumorale et aider à comprendre la résistance à certains traitements de chimiothérapie.

Remises dans leur contexte, les récentes découvertes montrent clairement que les chercheurs entendent établir le plus rapidement possible une cartographie génétique. Ils se sont en effet rendu compte au fil de leurs études que les cellules cancéreuses étaient loin d’être toutes identiques. Cela explique évidemment la difficulté d’avoir systématiquement un même traitement effi-cace sur différentes personnes. Plus que jamais, la personnalisation du traitement du cancer est une réalité pour les scientifiques et les médecins. 
Si l’espoir de survivre et de guérir est chaque jour plus grand, les proches des victimes et les victimes elles-mêmes se heurtent encore souvent au délai incompressible entre le développement de nouveaux médicaments et le traitement effectif. L’autre difficulté réside également dans les essais cliniques en cours durant lesquels certains patients sont sauvés en testant de nouvelles thérapies, alors que d’autres survivent… Même là, le cancer reste une insoutenable loterie.

Sur le même sujet
Plus d'actualité