Espagne : une ville met ses habitants au régime au profit d’une banque alimentaire

La commune de Narón en Espagne veut inviter chaque citoyen à perdre de 1 à 4 kilos. Un défi de taille pour lutter contre le surpoids.

Espagne : une ville met ses habitants au régime au profit d’une banque alimentaire

En Belgique, entre la Tournée Minérale et la Journée mondiale sans tabac, la mobilisation citoyenne entend mieux sensibiliser chacun aux attitudes saines. Une tendance participative qui touche de plus en plus de pays. En Galice (nord-ouest de l’Espagne), la commune de Narón a décidé de mettre ses habitants au régime collectif pour faire face à l’augmentation croissante du poids des habitants. Ce type d’expérience a notamment déjà été réalisé à New York ou Atlanta.

Trois fois plus de jeunes obèses

Pour bousculer les habitudes de vie de ses concitoyens, Marián Ferreiro, la maire de la commune, a fixé un objectif clair : leur faire perdre 100.000 kilos en deux ans. De son côté, elle a promis de montrer l’exemple en perdant 7 kilos. La population commence à adhérer à cette initiative originale. Plus de 1.000 personnes se sont déjà inscrites. La maire souhaite atteindre les 10.000 participants (sur 40.000 habitants).

Le programme de remise en forme est intitulé « 100.000 motivos de peso » (100.000 raisons de perdre du poids). Un projet qui est également solidaire puisque pour chaque kilo perdu, les participants verseront l’équivalent en aliments non-périssables à une banque alimentaire.

Un régime d’une telle ampleur nécessite évidemment un suivi médical. Les habitants vont faire de l’exercice et s’inscrire dans les centres de santé pour un suivi médical trimestriel. Une prise de conscience indispensable selon les médecins de cette région, dont Carlos Piñeiro, l’un des initiateurs du projet : « Le taux de jeunes obèses a triplé depuis 1975 en Espagne, en Galice. Nous devions mettre en place un projet qui modifie les comportements ».

Pour rappel, six habitants de Narón sur dix seraient aujourd’hui en surpoids. Concrètement, les habitants à l’IMC supérieur à 25 (seuil du surpoids) devront perdre 4 kilos en deux ans. Les autorités espèrent réduire de 30% le nombre de maladies chroniques. Selon les premiers résultats, le nombre d’admissions à l’hôpital aurait été réduit de 38%. L’espoir, à terme, serait d’économiser 1,8 million d’euros par an en frais médicaux.

Un succès possible

Pour Lut Van Lierde, diététicienne belge agréée par l’INAMI, ce type de démarche peut être un succès si elle est encadrée : « Tout part d’une bonne intention. Un engouement est créé et il peut permettre une déculpabilisation face au régime. Cette action ne sera toutefois efficace que si elle s’installe dans la durée et est personnalisée ». Pour cela, il ne faut pas oublier de conserver la notion de plaisir : « Les régimes trop restrictifs mènent toujours à l’échec. Il faut bouger pour préserver la perte de poids, s’offrir une pause bien-être et connaître les aliments et son corps afin de gérer son poids dans le plaisir et sans craintes ». Sur le terrain, les habitants vont désormais devoir consommer plus souvent des palourdes, du merlu, du turbot et des légumes et fruits de la région… aliments qu’ils avaient délaissés ces dernières années.

Sur le même sujet
Plus d'actualité