« Les primates font deux fois mieux que les humains »

La chercheuse française Emmanuelle Pouydebat relativise dans son dernier bouquin la suprématie humaine. Selon le contexte et les compétences, de nombreuses espèces se montreraient bien plus intelligentes et efficaces que nous.

belgaimage-96760192

Dans « L’intelligence animale: cervelle d’oiseaux et mémoire d’éléphants« , Emmanuelle Pouydebat, directrice de recherche au CNRS et au Musée national d’histoire naturelle à Paris, prouve que les êtres humains ne sont pas si différents des autres animaux sauvages.

Comment mesure-t-on l’intelligence animale?

Emmanuelle Pouydebat – Je préfère parler d’intelligences animales au pluriel. On peut les mesurer en observant la manière dont les individus utilisent des outils, leur artisanat, les intelligences cognitives dont la mémorisation et la navigation, l’intelligence du cœur liée à la coopération, mais aussi les traditions, la culture, l’innovation ou encore la transmission de connaissances. Ces intelligences sont partagées par la plupart des animaux. Pour comparer les espèces, il faudrait donc considérer chacune d’elles de façon individuelle, mais aussi prendre en compte le contexte. Pour analyser rapidement les choses, un trader à la Bourse doit être brillant. Mais si on le colle au milieu du désert, il sera idiot. À l’inverse, une fourmi solitaire du Sahara brillante en terme de mémorisation spatiale ne s’en sortira pas à la Bourse.

Le plus intelligent est donc celui qui s’adapte le mieux?

Si on s’accorde là-dessus, l’être humain a du souci à se faire. Les humains ont entre 2 et 6 millions d’années. En moins d’un siècle, on a bousillé notre milieu. On met en péril nos chances de survie tout seul. En terme d’adaptation, on n’est donc pas forcément les plus intelligents, même si on peut faire des choses incroyables d’un point de vue conceptuel. Je ne fais pas de moralisation. Les problèmes démographiques et territoriaux qu’on connait sont difficiles à résoudre. Mais je n’ai pas d’exemple d’une autre espèce qui s’autodétruit ou qui mène des génocides contre elle-même. Cela ne signifie pas que les autres animaux sont bons en toute circonstance. Chez les chimpanzés et babouins notamment, il y a des despotes et des individus prêts à tuer pour le pouvoir. Mais ça ne va pas jusqu’à exterminer une population entière.

Existe-t-il une culture animale?

Complètement. Chez les chimpanzés et les gorilles, on observe une tradition et une culture dans la manière de se nourrir et de manipuler la nourriture. Même s’ils partagent un même territoire et une même nourriture, différentes « familles » procèdent de façons différentes. Ils se transmettent leurs capacités de génération en génération. C’est pareil chez les oiseaux.

Si le GPS nous envoie au mauvais endroit, et même si on le suspecte, il y a beaucoup de chance pour qu’on y aille… La fourmi fera davantage confiance à son instinct.

L’humain comble ses lacunes par la technologie. Les autres espèces font-elles pareil?

Dans l’une de mes recherches, on a voulu tester si les grands singes étaient capables d’adapter leurs outils en fonction d’une contrainte. Pour ce faire, on accrochait une noix au bout d’un labyrinthe accroché à un grillage pour qu’ils ne puissent pas contourner ce labyrinthe. On s’est rendus compte que quelques bonobos avaient remarqué qu’avec des branches à angle droit, ils pouvaient ramener la noix plus rapidement. Dans le monde animal, il y a des inventions plus complexes notamment chez les oiseaux. Mais il y a le revers de la médaille. Les humains peuvent inventer des choses hyper complexes comme des GPS. En faisant ça, on perd cependant certaines capacités cognitives liées à la mémorisation. Si la machine nous envoie au mauvais endroit, et même si on le suspecte, il y a beaucoup de chance pour qu’on y aille… La fourmi fera davantage confiance à son instinct, car elle ne peut pas se permettre de se planter au risque de mourir de faim.

L’intelligence est-elle liée à la morphologie?

Le lien avec la morphologie est important. Le fait que notre pouce soit opposable aux autres droits et qu’il possède une large extrémité est un atout pour fabriquer des outils. La main humaine est bien adaptée. Néanmoins, d’autres animaux s’en sortent très bien sans elle. Par exemple, les bonobos qui n’ont pas tous nos critères morphologiques savent fabriquer des outils en pierre. Même les oiseaux et les invertébrés, notamment les poulpes, fabriquent des outils. Pour chaque caractéristique soi-disant humaine qui prouverait notre intelligence supérieure, il existe un exemple d’animal capable d’arriver au même objectif…

Y a-t-il tout de même des différences biologiques en notre faveur?

Même pas. Prenons la mémoire. Les oiseaux stockeurs, par exemple, ont plus de neurones que nous dans l’hippocampe! Certains planquent leur nourriture dans 10.000 cachettes et en retrouvent 3.000 alors qu’ils ont changé de territoire depuis 6 mois. Quel humain saurait faire ça? Au Japon, un chercheur a comparé les chimpanzés à des étudiants en ingénierie. Ils devaient d’abord apprendre à compte jusqu’à 9, ce qui n’est pas un challenge pour les chimpanzés, et cliquer sur chaque chiffre dans l’ordre sur un écran d’ordinateur. Ensuite, les chiffres étaient cachés par des rectangles blancs, mais il fallait continuer l’exercice. Les primates font deux fois mieux que les humains testés! (Vidéo ci-dessous)

Pour chaque caractéristique soi-disant humaine qui prouverait notre intelligence supérieure, il existe un exemple d’animal capable d’arriver au même objectif…

Les émotions humaines sont-elles partagées par d’autres animaux?

Bien sûr. Notamment l’empathie et l’altruisme. Voici une expérience faite sur des rats. Si un congénère doit se prendre une décharge électrique pour que le premier accède à de la nourriture, le rat ne prendra jamais la nourriture. Maintenant, chaque animal de chaque espèce a sa personnalité, mélangeant une part d’inné, mais surtout d’acquis par l’éducation. Si un animal chasse avec sa mère depuis sa naissance, il sera probablement plus aventureux qu’un autre qui était surprotégé…  

Certaines espèces ont-elles des sens qu’on n’a pas?

Certains animaux entendent des ultrasons ou voient des ultraviolets,… Il existe probablement d’autres sens qui nous sont inconnus. La science doit encore découvrir énormément de choses…

Sur le même sujet
Plus d'actualité