Bart De Wever joue à l’historien qu’il n’est pas

C’est faux, mais c’est simple. Et surtout, c’est Bart qui le dit. Donc c’est vrai…

Bart de Wever ©BelgaImage

Bart a parlé. En faisant usage de sa méthode préférée: jouer au Grand Historien qu’il n’est pas (il n’a pas rendu sa thèse) pour triturer l’histoire à sa guise. Après avoir, entre autres balivernes, décrété (tout seul) que les collabos wallons étaient aussi nombreux que les flamands, voici voilà le dernier gag historique deweverien. Dans une interview au magazine Wilfried, il étale son admiration pour la Rome antique. Et, chemin faisant, il en profite pour louer (tout seul) les pratiques romaines sur l’immigration: “Sur les étrangers, les Romains n’étaient pas naïfs comme nous”. Ils n’accueillaient pas l’immigré/réfugié/migrant en lui distribuant si facilement la nationalité… C’est faux: la plupart des peuples conquis devenaient romains. Ou alors réduits en esclavage. Pas grave. Bart le Tout Grand Historien décrète quand même (tout seul) que nous devons prendre exemple sur les empereurs romains… 

Même en Flandre, il est la risée des (vrais) historiens, dont son frère. Mais tous les Flamands ne sont pas historiens. Et les chimères de saint Bart, “intellectuel le plus influent de Flandre”, sont simples à comprendre, donc vraies: prenons donc exemple sur la Rome dictatoriale et esclavagiste! Bons élèves du (faux) Professeur Bart, cinq députés N-VA ont eux aussi bidouillé l’histoire: celle de Bruxelles. Puisque la Région bruxelloise est bilingue, ils déposent une proposition de loi: les professionnels de la Santé (médecins, kinés, pharmaciens, infirmières…), tous doivent désormais être bilingues et le prouver par un examen. Sauf qu’au fil de l’histoire, la vraie, Bruxelles s’est francisée. À tel point que, pour 90 % de sa population (belge ou internationale), la langue maternelle, apprise et pratiquée est le français. Pas le néerlandais. C’est un fait historique et sociologique. Mais tant pis! À un excellent chirurgien unilingue qui sauvera la vie de tous (francophones, néerlandophones et autres), la N-VA préférera un mauvais chirurgien bilingue. C’est idiot, impraticable sur le terrain et ça garantit une pénurie de praticiens sur Bruxelles. Mais c’est simple. Compréhensible par tout l’électorat flamand. C’est N-VA. Donc c’est juste. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité