Alzheimer: 13 ans après « Mariette », où en est la médecine ?

Depuis ce document d’une vingtaine de minutes, on n’a rien vu qui dise avec autant de force la chaleur des liens familiaux et la douleur de les voir s’effacer…

Dossier Alzheimer ©Moustique

Elle est devant le miroir, mais ne se reconnaît pas: “On dirait une vieille femme. Je ne suis pas une vieille femme”. Mariette, l’ex-mannequin, a 90 ans. Elle est entrée en maison de repos parce qu’elle perdait la tête. Elle est filmée par son petit-fils, le regretté réalisateur Christophe Reyners. Il montre les peurs de sa grand-mère, ses refus, sa confusion, ses derniers sourires. Il capte aussi, après 60 ans de vie commune, l’ultime rencontre de son bon-papa, de sa bonne-maman, de leur amour pudique, désorienté, infini. Trois mois plus tard, Georges mourra seul, sans avoir eu le courage de retourner voir sa femme qui ne l’aurait peut-être plus reconnu. Mariette a continué à le voir assis à côté d’elle ou à imaginer que “son petit chou, si beau” reviendrait bientôt de sa promenade. Sur le plateau de la RTBF, son petit-fils disait qu’elle s’éteignait, sans plus d’angoisse, ni de plaisir. “J’espère que dans ses rêves, elle rejoint mon grand-père”. Depuis ce document d’une vingtaine de minutes, on n’a rien vu qui dise avec autant de force la chaleur des liens familiaux et la douleur de les voir s’effacer… Treize ans plus tard, où en est la médecine? Peut-elle nous sauver de la nuit noire d’Alzheimer? Disons qu’il n’y a pas que des bonnes nouvelles.

Pour (re)voir Mariette, rendez-vous ici

Cliquez ci-dessous pour vous abonner et découvrir la totalité de notre dossier de la semaine. Rendez-vous également en librairie à partir de ce mercredi ou sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Moustique du 21 mars 2018 - cover ©Moustique

Sur le même sujet
Plus d'actualité