PS ou MR : qui coiffe qui  dans les sondages politiques ?

Le baromètre paru il y a dix jours donnait le PS gagnant en Wallonie. Le sondage paru ce week-end met le MR devant. Qui coiffe qui dans cette histoire ? La différence relève du peigne lisse et de la brosse brut de décoffrage. On vous explique.

belgaimage-25712702-full

1. Corriger ou lisser un sondage, c’est quoi?

“Ipsos lisse les résultats, nous nous les corrigeons”, explique Marc Dumoulin, le directeur de Dedicated Research qui a réalisé le sondage paru dans Sud-Presse. C’est une nuance de taille.
Lisser, c’est ajouter de l’interprétation empirique. Par exemple, imaginer que le vote historique et habituel est favorable au PS et donc redresser de manière substantielle, voire spectaculaire, les résultats.

Corriger, c’est “simplement” redresser l’échantillon. “On a des quotas qu’on applique pour être en stricte ligne avec la répartition de la population. Notre critère important, c’est la sensibilité politique de la population”. Comprenez que l’important pour cette correction, c’est de savoir pour qui vous aviez voté la fois passée. “Mais après, nous donnons des résultats bruts”.

2. Pour coiffer un sondage, le peigne ou la brosse?

“Ne pas lisser un sondage, c’est travailler sans boussole”, estime Pierre Verjans. “Mais aujourd’hui, les boussoles n’indiquent plus le nord. On a une opinion publique dans un tournant à 250 à l’heure. Quand on est dans une situation de perturbation importante des mentalités, on ne sait pas comment corriger.” Aujourd’hui, c’est le brouillard. Cela l’est d’autant plus que le champ politique est perturbé chez tous nos voisins : France, Allemagne, Pays-Bas, Grande-Bretagne (suite au Brexit).

3. Sondage lisse ou “brut”, lequel est fiable ?

“Les deux le sont, comme tous les autres”, répond Pierre Verjans, avec un rien d’ironie. Ce n’est ni plus ni moins qu’une “photo floue dans un système qui bouge.” Et le politologue ajoute que “les sondages seront plus fiables après les élections provinciales (en même temps que les communales, NDLR) de 2018.”

4. Au total, un cheveu dans la soupe

“Les sondeurs font tous de la cuisine interne. Mais on ne sait jamais avec quels ingrédients. C’est un secret de fabrication”, déplore Pierre Verjans. Or, dans un souci de transparence, on devrait pouvoir débattre sur les critères de lissage et redressement que les sondeurs diluent dans la sauce qui nous est servie.

Notons enfin que le sondage de Dedicated Research, et sans vouloir jeter la suspicion, est une commande interne du MR qui a “fuité dans la presse. Ce n’est pas un baromètre récurrent comme celui réalisé par Ipsos pour RTL et Le Soir.

Sur le même sujet
Plus d'actualité