Bébés Softenon: la Belgique en faute ?

Certains pays ont refusé de commercialiser le Softenon. D’autres l’ont retiré très vite de la vente. Pas l’État belge…

Les parents de Dominique n’ont pas fait de différence avec ses sept frères et sœurs. ©Nicolas Sohy

Même si des cas y ont été observés chez des patients qui se sont fournis à l’étranger, les États-Unis n’ont jamais commercialisé la pilule, car le fabricant tardait à fournir les résultats des tests d’innocuité. En France, le médicament n’a été autorisé qu’un seul jour. La Belgique s’est montrée moins vigilante. Le Softenon n’a été retiré de la vente qu’en juin 1962, soit six mois après que le fabricant eut stoppé sa production. Les pharmacies pouvaient écouler leurs stocks jusqu’à épuisement… 

C’est facile à dire a posteriori, mais je crois que cette catastrophe n’aurait jamais dû arriver, commente Damien Thiéry, député fédéral MR et ancien directeur de l’entreprise pharmaceutique Cipla Belgium. On n’était manifestement pas suffisamment préparés et conscients. À l’époque, il y a eu un       problème politique. Il n’est pas normal d’avoir mis six mois avant d’interdire le Softenon alors qu’on connaissait les risques. S’il faut aujourd’hui reconnaître les victimes? Complètement. Si l’État doit s’excuser? S’il est le seul responsable du drame, si on parvient à prouver ça, oui, évidemment.”

En 2009, le Premier ministre britannique l’a fait devant le Parlement. Chez nous, ce n’est pas d’actualité, nous confirme le cabinet de la ministre De Block qui dit ne pas encore posséder l’arrêt de condamnation (L’État belge a été condamné à créer une fondation au bénéfice des victimes de ce médicament à l’origine de leur handicap). “Il n’y a pas de meilleures conclusions que celles qu’on tire d’une expérience vécue, même si elle est dramatique, termine le député. Les contrôles ont été multipliés et les procédures de mise en quarantaine ont été simplifiées. Ça ne veut pas dire que certains médicaments ne peuvent plus montrer des effets inattendus. Mais la réaction politique serait bien plus rapide.

Pour découvrir la suite de l’article, rendez-vous en librairie à partir de ce mercredi ou dès maintenant sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Sur le même sujet
Plus d'actualité