Netflix ? Yes, we can

De président des États-Unis à producteur pour Netflix, il n’y aurait qu’un pas. Barack Obama serait en effet en cours de négociation avec la plate-forme de vidéos à la demande.

Les Obama le 28 mars 2016 © Belga Image / AFP

Des discussions sont en cours entre Netflix et l’ancien président. En échange d’une somme (qu’on imagine conséquente), le couple Obama fournirait au service de streaming un contenu exclusif, mais dont le format reste à ce jour indéfini. Si cet accord est signé, il permettra aux Obama de bénéficier d’une audience potentielle de 118 millions de personnes, c’est-à-dire le nombre d’abonnés Netflix dans le monde.

Mais que contiendraient ces « épisodes » ? Le tout reste nébuleux. « Des histoires inspirantes » selon l’ancien couple glamour de la Maison-Blanche. « Des discussions autour de thèmes ayant dominé la présidence de M. Obama » selon le New York Times, à savoir : les soins de santé, les droits de vote, l’immigration, la politique étrangère, et le changement climatique. Autant de sujets sur lesquels l’avis d’Obama tranche avec celui de l’actuel président Donald Trump. Mais Obama n’aurait pas l’intention d’utiliser Netflix pour répondre directement à son successeur ou aux critiques des conservateurs. C’est en tout cas ce qui se murmure autour de l’entourage de l’ancien président. Obama a d’ailleurs toujours soigneusement évité les affrontements directs avec Trump tandis que celui-ci redouble d’efforts pour faire reculer son héritage politique (comme l’Obamacare).

Le couple pourrait aussi prêter son image à des documentaires et des fictions Netflix en lien avec ses valeurs. « Les Obama ont toujours cru au pouvoir inspirant du storytelling. Tout au long de leur vie, ils ont relayé les histoires de personnes dont les efforts changent silencieusement le monde, et ce pour le meilleur. Ils continueront donc à explorer de nouvelles façons d’aider les autres et de partager leurs histoires », s’est confié Eric Schultz, l’un des conseillers principaux d’Obama au temps de sa présidence.

Décembre 2013 : Obama rencontre plusieurs cadres des plus importantes entreprises tech du pays. À la table, on retrouve Reed Hastings, CEO de Netflix, mais aussi Tim Cook, CEO d'Apple et Dick Costolo, CEO de Twitter. © Belga Image / AFP

Pour Netflix, cet accord potentiel entre dans une démarche plus large de création de contenu original pour faire face à la concurrence féroce provenant des autres acteurs sur le marché du streaming (Hulu, Apple, Amazon). La plate-forme a récemment déclaré qu’elle pourrait dépenser jusqu’à 8 milliards de dollars cette année dans la création de contenu. Le lien entre Netflix et Obama (surnommé Obaflix par le web) est lui déjà établi de longue date. Ted Sarandos, responsable du contenu Netflix, est en effet un ami de l’ancien président, tandis que Reed Hastings, le directeur général de Netflix, était proche de M. Obama lors de son dernier mandat.

Jusqu’à présent, Barack Obama s’est montré très discret depuis son départ de la Maison-Blanche. Lui et Michelle écrivent chacun leurs mémoires, des ouvrages très attendus pour lesquels ils auraient été payés plus de 60 millions de dollars. Bien que résidant toujours à Washington, les Obama y sont rarement vus en public. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité