Faites un don de cerveau

Les maladies neurologiques (accident vasculaire cérébral, Alzheimer, Parkinson, sclérose en plaques...) sont en augmentation et la recherche à besoin de mieux les comprendre.  En signant un accord de consentement éclairé, il est possible de faire un don post-mortem

illu_

Des millions de personnes sont touchées dans le monde par des maladies neurologiques sévères qui impactent leur vie et leur entourage. Cerveau et moelle sont le siège de l’étude des chercheurs pour mieux comprendre ces affections qui dérèglent leur fonctionnement (Alzheimer, Parkinson, Sclérose en Plaques (SEP)… Si la recherche et les possibilités de remèdes avancent, les possibilités thérapeutiques sont encore limitées. Pour les médecins et les spécialistes du cerveau, un des moyens de mieux comprendre comment les maladies évoluent est la comparaison du tissu humain normal et pathologique. (Lien Vidéo)

Dans ce contexte, le CHU de Liège vient de lancer un appel au don de cerveaux. Pour le professeur Pierre Maquet, chef du service de neurologie du CHU de Liège, certaines affections neurologiques ne peuvent être diagnostiquées avec certitude que par un examen neuropathologique. Une démarche qui peut avoir un impact sur la vie de l’ensemble de la famille : « Certaines affections neurologiques sont transmises génétiquement. Autoriser l’autopsie d’un proche peut aussi leur être utile », souligne-t-il.
Concrètement, toute personne majeure peut procéder de son vivant à un don d’organes post-mortem. Ce dernier peut effrayer la famille du défunt. Le Pr Maquet se veut rassurant en déclarant à Belga : « Le prélèvement de cerveau ne défigure pas le défunt car il s’effectue par l’arrière de la tête. Le défunt peut donc être présenté aux proches tout à fait normalement et cela n’empêche pas de laisser le cercueil ouvert si les dispositions funéraires le prévoient ».

En dehors de l’impact concret pour des millions de personnes dans le cadre des maladies neurologiques, peut-être les chercheurs trouveront-ils aussi à sa mort le secret du cerveau de ce Néerlandais de 58 ans,Wim Hof, qui pieds nus, vêtu d’un simple short, a couru un semi-marathon sur le cercle polaire… Mieux connu sous le nom d’“Iceman”, il paraît insensible au froid.

Sur le même sujet
Plus d'actualité