Jan, en public, tu es TOUJOURS ministre

À la N-VA, on est parfois ministre, parfois citoyen. C’est comme ça arrange…

Jan Jambon ©BelgaImage

Pour aider le ministre de l’Intérieur, rappel du “babebibobu” de la séparation des pouvoirs: sur un dossier judiciaire en cours (a fortiori durant le procès), un ministre a l’obligation absolue de se taire. Et quel que soit ce procès: Abdeslam, Dutroux ou Ginette qui a poignardé son mari violent. Toujours. C’est facile à comprendre: un juge est in-dé-pen-dant et doit pouvoir juger sans aucune pression des autres pouvoirs. C’est un peu la base, dans un pays démocratique. Mais Jan Jambon est un ministre N-VA. Et avec l’assentiment de Charles Michel, un ministre N-VA ça se permet tout: c’est à ça qu’on le reconnaît. Quand Sven Mary réclame l’acquittement de Salah Abdeslam pour vice de procédure (lié à la purée linguistique belge), Jan exprime donc son courroux: “Un avocat est là pour faire en sorte qu’une personne reçoive une peine correcte. Que M. Mary demande son acquittement, c’est aller un pont trop loin”. Autre “babebibobu”, Jan: le premier job d’un avocat, c’est vérifier que les lois soient respectées lors d’un procès, qui que soit son client. Et toutes les lois. Même des lois tordues sur l’emploi des langues. Donc je résume: un, tu prends d’urgence un cours basique de droit, deux, tu te la coinces. Face au tollé, Jan a précisé qu’il ne donnait là que son avis “en tant que citoyen”. C’est vrai qu’à la N-VA, toujours avec l’assentiment de Charles Michel, parfois on est ministre, parfois pas. Theo Francken est secrétaire d’État, mais quand il tweete des messages graveleux et/ou xénophobes, hop!, il devient citoyen. C’est pratique. Sauf qu’il y a un troisième “babebibobu” à noter, Jan. Publiquement, les ministres sont soumis à un truc un peu fin qui s’appelle le “devoir de réserve”. Tu vois? Non. Je t’explique. À la maison, dans ta salle de bains, tu racontes ce que tu veux à Madame Jambon. Mais en public (genre à la télé), tu es TOUJOURS ministre. Pas seulement quand ça t’arrange. Et donc là, tu ne PEUX pas commenter le procès Abdeslam ou un autre. Après, si une loi est nulle, tu peux toujours proposer au Parlement de la changer. Vu? Tout ça, ça s’appelle respecter l’État de droit. Et ça s’applique à tous les ministres. Même les N-VA… 

Sur le même sujet
Plus d'actualité