Hôpital: Les enfants en voiture avant une opération

Deux hôpitaux belges à Liège et à huy viennent d'acheter des voitures. D'autres initiatives existent: Applications, films, livres, les parents disposent de plusieurs possibilités pour faire découvrir l'hôpital autrement avant un événement délicat pour l'enfant et parfois pour eux-mêmes.

illu_2

Un examen médical, une opération, les couloirs d’un hôpital et son ballet de blouses blanches interpellent souvent les enfants. La peur l’emporte sur la curiosité surtout lorsque l’enfant va subir une opération chirurgicale.
Depuis un mois en France, à la clinique de la Côte d’Opale, les enfants qui se rendent au bloc opératoire en mini Audi électrique, pour dédramatiser le passage au bloc opératoire. Une promenade qui détend l’enfant… et aussi les parents. Les équipes médicales constatent une diminution de la prémédication avant l’anesthésie. Une idée qui a fait son chemin au CHU de Liège également en collaboration avec un constructeur automobile est les équipes de foot du Standard (Féminin et masculin) . Ce n’est pas le seul établissement belge qui est intéressé. Le Centre hospitalier régional de Huy, le service pédiatrie a reçu cinq petites voitures électriques qui emmènent les enfants vers le bloc opératoire. De généreux sponsors ont permis l’arrivée de  trois Mercedes, une Audi et une Maserati. Chaque voiture coûte un peu moins de 300€.

En Belgique, d’autres initiatives existent pour dédramatiser tant pour les parents que pour les enfants ces situations. Voici quelques temps, les Cliniques universitaires Saint-Luc, à Woluwe, ont réalisé un film de douze minutes intitulé « Un jour vraiment pas comme les autres« . Les étapes d’une intervention chirurgicale dans un langage adapté aux enfants y sont décrites très clairement. ‘hôpital a aussi mis en place ponctuellement un nounoursologue pour dédramatiser le monde médical chez les enfants de 4 à 7 ans. Découvrez la clinique des nounours.   

Les livres

A Bruxelles, le SIAMU bruxellois (Service d’Incendie et d’Aide Médicale Urgente) qui embarque chaque année entre  6.000 et 10.000 enfants de moins de quinze ans a prévu de son côté plus de 500 peluches dans ces ambulances. Pour certains enfants, le livre reste le meilleur lien de l’appréhension. Au travers de la collection « Petit Pierre et Pauline », plusieurs livres sont disponibles : « Petit Pierre va en salle d’opération » ou « Petit Pierre dévoile son coeur » pour permettre de répondre aux questions des enfants. Au CHU de Liège, Dominique Costermans a aussi rédigé un livre :  « un hôpital expliqué aux enfants ». Illustré par Marie-Pierre Uenten et paru aux éditions NowFuture, cet ouvrage entend clairement de dédramatiser et faire comprendre comment fonctionne un hôpital.

Applis et sites web

Les technologies offrent aussi aujourd’hui aux enfants de sites et des applications gratuites qui dédramatisent la situation d’une opération à l’hôpital. En voici quelques uns
Le site Sparadrap répond par des images à toutes leurs questions :  que fera l’infirmière ou le docteur ? Il dédramatise les piqûres et permet aux plus jeunes de se familiariser avec les instruments médicaux comme le stéthoscope ou le masque à oxygène à travers des jeux. Il y a aussi le site « Le héros c’est toi ». L’association « Les P’tits doudous de l’hôpital Sud » du CHU de Rennes a inventé ce jeu interactif, qui accompagne l’enfant de sa chambre d’hôpital au bloc opératoire.Le jeu mesure le niveau d’anxiété de l’enfant à certains moments clés du jeu (l’entrée au bloc, la séparation avec les parents etc.)
Une autre application « My first surgery » conçue par un chirurgien pédiatrique, fait découvrir à l’enfant les différentes étapes de l’opération, les soignants qui interviennent à ses côtés et ce qui se passe une fois l’opération terminée. Disponible sur l’App Store.

Reprendre l’école

Après l’opération, pour certains enfants, le temps à l’hôpital durera plusieurs semaines ou plusieurs mois. Pour ne pas qu’ils soient coupés de la vis scolaire, il existe un site adapté en Belgique.  L’École à l’Hôpital et à Domicile  est une association pluraliste qui répond à toute demande de suivi scolaire, quel que soit le niveau scolaire de l’enfant (de 4-5 ans à 21 ans).  Elle envoie gratuitement des professeurs bénévoles dans tous les hôpitaux qui en font la demande. Des équipes hospitalières peuvent éventuellement s’y former.  Elle travaille en complémentarité avec les écoles hospitalières de l’enseignement spécial de “type 5”.

chu de liège

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité