Comment obtenir un prêt hypothécaire?

La BNB demande aux banques de prêter moins facilement. Pas de panique, à l'avenir, vous pourrez encore obtenir un crédit. Mais vous devrez être mieux préparé.

belgaimage-130832317-full

Les risques de connaître une nouvelle bulle immobilière dans les prochaines années, chez nous cette fois et pas outre-Atlantique, sont bien là. Les banques belges prêteraient, selon la Banque nationale de Belgique, trop et à trop de monde, même à des profils à risque. Or si les emprunteurs ne peuvent plus rembourser, la chute des prix qui suivrait et la baisse de croissance de PIB provoqueraient vraisemblablement l’éclatement du marché. Pour éviter le drame qui nous atteindrait tous d’une manière ou d’une autre, qu’on soit propriétaire ou locataire, la BNB est sortie du silence. Pour la première fois depuis longtemps, début février, elle a demandé aux banques d’être plus exigeantes avant d’accorder un prêt. Comprenez: il vous sera cette année et plus encore la suivante plus difficile d’obtenir un crédit et donc de devenir propriétaire. Cela ne sera pas impossible pour autant. Pour convaincre les banques que vous êtes dignes de confiance, il faut simplement bien vous préparer. Voici comment.

20 % en fonds propres

C’est le mot d’ordre principal des recommandations de la BNB. Si le candidat emprunteur ne peut pas déposer sur la table au moins 20 % de la valeur de son futur bien immobilier, voire 30 % s’il doit aussi payer les frais d’enregistrement, aucune banque ne devrait plus lui accorder son crédit, sauf exception. Il ne s’agit en effet là que d’une recommandation. Les banques peuvent donc toujours prêter 100 % de la somme, voire plus. Mais ne vous faites pas d’illusion, en tant que particulier de la classe moyenne, vous n’aurez probablement pas ce privilège.

Des revenus suffisants

Une banque vous prêtera plus facilement et un plus gros montant si votre salaire net est élevé et que vous avez un emploi stable depuis au moins deux ans. La règle, simpliste, revient à dire que le remboursement de votre prêt ne peut dépasser le tiers de vos revenus. Les banques y font de plus en plus attention. Préparer votre dossier avant le grand rendez-vous avec votre banquier est certainement un atout. Si vous pouvez lui prouver que vos dépenses mensuelles (charges fixes, autres crédits, dépenses courantes, etc.) ne dépassent pas la moitié de votre salaire, il sera plus enclin à vous faire confiance.

Un crédit de 40 ans

La durée du prêt est également importante à négocier. En Belgique, vous ne risquez pas de vous endetter sur deux générations comme c’est le cas en Angleterre. Vous pourriez tout de même trainer votre crédit sur 30 ou 40 ans… Or plus la durée est longue, moins vos mensualités sont élevées, mais plus vous payez d’intérêts. Les banques ont donc avantage à faire trainer vos remboursements… 

Un taux fixe

Il s’agit de la dernière grande question à se poser lorsqu’on demande un prêt. Pour quel type de taux opter? Julien Manceaux, économiste chez ING, répond: « Pour 2018, on attend une hausse très modérée estimée entre 0 et 0,5 %. Les taux resteront donc bas et favorables à l’achat, car cette évolution ne devrait pas avoir d’effet notoire sur les prix qui devraient être stables (+ 1,5 % max). Ces prévisions expliquent en outre pourquoi il n’est aujourd’hui plus tellement intéressant de contracter un prêt à taux variable. L’an dernier, plus de 90 % des Belges ont d’ailleurs opté pour un taux fixe au moins pour les 10 premières années. »  Autre conseil de taille: réfléchissez avant de signer et, surtout, comparez les offres des banques!

Sur le même sujet
Plus d'actualité