Le MR liégeois casse la loi Francken

Tiens donc, il y a encore de vrais libéraux…

Le beau monde de Vincent Peiffer ©BelgaImage

On a failli attendre. Trois ans et demi, quand même. Mais on y est. Enfin! Au Conseil communal de Liège, le groupe MR et sa cheftaine-présidente du Sénat, Christine Defraigne, ont voté une motion contre la loi “visites domiciliaires”. À Molenbeek, la bourgmestre Françoise Schepmans a suivi, puis Richard Miller à Mons, et d’autres libéraux à Forest, Schaerbeek, Esneux et ailleurs. Mieux: Hervé Jamar, fugace ministre fédéral MR (devenu gouverneur de la Province de Liège), héberge des migrants chez lui à Hannut. Et le fait savoir haut et fort. Alors Charles, d’abord ce serait bien de nous épargner le foutage de tronche de ton “profond respect” pour ceux qui, “nombreux, ont ce réflexe de générosité”. Et de verser dans le comique grandiloquent: “Oui, fier de cette lumière, de cette chaleur”… Mais ce qui serait encore mieux, ce serait de les écouter, ces (vrais) libéraux. Attentivement. Parce qu’au-delà de cette insupportable loi franckenienne, ils ont un message pour toi. Tu ne vois pas? Je te donne un indice… Conseiller communal MR de Liège, Louis Maraite pose une simple question sur sa page Facebook: quand remet-on le mot “libéral” dans le nom de mon parti? Second indice… Catherine Robert, épouse d’Hervé Jamar (bleue, elle aussi), espère qu’en refusant de voter cette loi de “délation-perquisition” (!), les élus MR montreront qu’ils ont “vraiment le sens de l’humain et leur liberté de penser et de dire non, alors seulement je pourrai encore être fière de ma couleur”. Toujours pas? Je te traduis… Ce qu’ils veulent te dire, c’est que tu ne l’es plus, libéral. Ce qu’ils te disent, c’est qu’ils n’en peuvent plus de ton libéralisme dévoyé par l’ambition et l’opportunisme. Qu’ils ont honte de ton libéralisme carpette de la N-VA. De ton libéralisme lâche lorsqu’il s’agit des sorties bruits de bottes de Destexhe ou des exactions antidémocratiques de Francken. Si ces (vrais) libéraux sont au MR, c’est parce qu’ils ont cru au libéralisme social inventé par ton papa. Et parce que ce (vrai) libéralisme-là est construit sur des valeurs belles et   respectables. Prends-les pour des  lanceurs d’alerte, qui te rappellent ce que tu as oublié…

Sur le même sujet
Plus d'actualité