Diesel: Volkswagen, Daimler et BMW soupçonnés de tests sur des humains

Jusqu'où ira le scandale Volkswagen? Des chercheurs financés par Volkswagen, Daimler et BMW auraient fait inhaler des gaz d'échappement à des cobayes humains.

diesel_monkeygate_moustique

C’est un scandale de plus qui égratigne la réputation de l’industrie automobile allemande. Après l’affaire des moteurs truqués de Volkswagen qui secoue la branche depuis 2015 et les accusations de cartel cet été… les constructeurs allemands sont accusés d’avoir fait tester les effets des émissions de leurs véhicules sur des singes et des êtres humains.

Le New York Times avait déjà révélé que Volkswagen avait testé, en 2014, les effets des émissions de sa Beetle sur dix singes dans un laboratoire américain. Mais l’affaire a pris une nouvelle tournure ce lundi quand deux quotidiens allemands, le Stuttgarter Zeitung et le Süddeutsche Zeitung, ont révélé que des chercheurs financés par Volkswagen, Daimler et BMW ont fait inhaler du dioxyde d’azote à 25 personnes en bonne santé dans un institut d’Aix-la-Chapelle, en Allemagne. 

En 2014, alors que les effets nocifs du diesel sur la santé humaine faisaient de moins en moins de doutes, des scientifiques du Lovelace Respiratory Research Institute (Etats-Unis) ont été mandatés par un organisme, l’European Research Group on Environment and Health in the Transport Sector (EUGT en allemand), afin de réaliser une étude sur la toxicité des gaz d’échappement produits par les véhicules de la marque allemande. Concrètement, l’objectif était de prouver que les nouveaux véhicules étaient plus « propres » que les anciens, l’EUGT ayant été fondé en 2007 et financé par BMW, Daimler, Bosch et… Volkswagen.

Des tests inutiles

Le protocole? Dix macaques enfermés dans une chambre hermétique et soumis pendant quatre heures aux gaz d’échappement provenant d’une voiture diesel, la successeuse de la célèbre Coccinelle. Les gaz du véhicule étaient captés pour ensuite être relargués dans la pièce fermée. Pour tuer l’ennui, les primates avaient été placés devant une télévision qui diffusait des dessins animés. L’EUGT a finalement été dissous en juin 2017 sans que les résultats de l’étude menée sur les singes ne soient publiés. Cinq ans plus tôt, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait classé le diesel comme cancérogène.

Dans un communiqué, Volkswagen reconnait que les méthodes employées durant l’expérience étaient inadéquates. « Le groupe Volkswagen se distancie formellement de toutes les formes de cruauté animale« , assure le constructeur ajoutant même que l’expérimentation animale ne correspond absolument pas aux normes de l’entreprise. Celle-ci montre encore une fois qu’elle était pourtant prête à tout pour prouver l’innocuité du diesel.

Sur le même sujet
Plus d'actualité