Parents en solo: ce qu’en disent les pères

Dans 14 cas sur 100 à Bruxelles, les papas ont la garde pleine de leurs enfants. Beaucoup d’autres l’ont partiellement. 

Père célibataire ©Kanar

L’étude du cabinet Gosuin pointe quelques différences entre les mères célibataires et les pères isolés. Notamment, les hommes souffriraient moins de maladies chroniques. Ils connaissent tout de même la plupart des difficultés rencontrées par les mamans. Benoît le sait mieux que quiconque. Depuis le décès de son épouse en 2009, il élève seul ses deux enfants. Aujourd’hui, Laura et David sont tous deux à l’université. Ils n’ont jamais manqué de rien. Benoît a un salaire de cadre dans une banque. C’est pour l’éducation qu’il a eu le plus de mal. Avant son décès, sa femme s’occupait pratiquement de tout. “J’ai pris conscience de ce qu’on appelle la “charge mentale”. Gérer toutes les tâches ménagères, les repas, les courses… en plus des enfants, des ados, n’a pas été simple. J’ai sûrement commis des erreurs et manqué d’autorité.” Quand il s’est retrouvé seul, Benoît a cherché à entrer en contact avec d’autres parents, des hommes et des femmes dans sa situation, via le forum du Guide social. “J’ai remarqué que les mamans isolées connaissaient une plus grande pression que les hommes. Quand un père élève ses enfants, on lui pardonne ses erreurs. Ce qu’il fait est déjà fantastique. Les femmes sont censées être des mères parfaites. On les juge plus vite.” 

Les pères doivent prouver qu’ils sont aptes à éduquer un enfant.

Marc, lui, a cherché du soutien auprès de S.O.S. Papa Belgique. Aujourd’hui, il a la garde partagée de sa fille de 11 ans. Il s’en occupe une semaine sur deux et la moitié des vacances scolaires. “On est discriminés par la justice. Les pères doivent prouver qu’ils sont aptes à éduquer un enfant, pas les mères. Ensuite, on doit composer avec ce que la maman décide. Par exemple, quand j’ai Camille à la maison, je dois la conduire à l’école. Je vis à Verviers. Elle est inscrite à 70 kilomètres de chez moi. Ce qui m’en fait 140 par jour. Et vous connaissez le prix de l’essence… Mais je le fais avec plaisir. Je me suis battu pour avoir la garde. Je ne renoncerai pas, même si c’est fatigant.” 

Cliquez ci-dessous pour vous abonner et découvrir la totalité de notre dossier de la semaine « Célibataires: rêve et réalité ». Rendez-vous également en librairie à partir de ce mercredi ou sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Moustique du 25 octobre 2017 - cover ©Moustique

Sur le même sujet
Plus d'actualité