Portrait-robot du bénévole

Une enquête universitaire, à l’initiative de la Fondation Roi Baudouin, a étudié le profil de nos volontaires. 

Kanar Dossier ©Moustique

Les jeunes de 15 à 29 ans font proportionnellement plus de volontariat que les plus de 60 ans (12,9 % contre 10,3 %). Les plus actifs sont les 40-49 ans (14,8 %). Les hommes sont aussi nombreux que les femmes. Les personnes qui ont un emploi en font plus que tous les autres. 
C’est dans le milieu sportif que les volontaires sont le plus nombreux (24,5 %). Ensuite dans la culture et les associations socioculturelles (19,9 %), puis dans les services sociaux (19,7 %) et dans l’éducation, la formation et la recherche (16,8 %). Les associations de jeunesse captent 10,8 % des volontaires et les associations de défense des droits et intérêts, 10,3 %. On les retrouve autant en Wallonie qu’en Flandre mais nettement moins à Bruxelles. Près de la moitié des bénévoles belges ont un diplôme de l’enseignement supérieur. Les bénévoles sont plus souvent mariés ou cohabitants (56,8 %) que célibataires (30 %). Malheureusement, le bénévolat reproduit le sexisme et les stéréotypes observés ailleurs dans la société. Ainsi les fonctions dirigeantes, et les tâches considérées comme du travail qualifié, sont exercées par des bénévoles masculins. Et les fonctions de service sont assurées par des femmes. 

Découvrez la totalité de notre dossier de la semaine en librairie à partir de ce mercredi ou sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Pour vous abonner à notre magazine, cliquez ci-dessous:

Moustique du 3 janvier 2018 ©Moustique

Sur le même sujet
Plus d'actualité