La Belgique des gens bien

La bienveillance, l’altruisme et la générosité sont au centre de notre dossier de la semaine.

Cover ©Moustique

Il y a quinze jours, nous publiions un reportage sur ces citoyens qui ouvrent leur maison et prêtent un lit aux réfugiés du parc Maximilien de Bruxelles. Ils ne savent pas toujours s’ils sont dans la légalité, ils savent parfaitement qu’ils ne vont pas régler la question en quelques nuits, mais – comme leurs invités – ils dorment un peu mieux. Sinon tranquilles avec leur conscience, en accord avec leurs valeurs. La bienveillance (dont on espère qu’elle sera la chose le plus à la mode en 2018), l’altruisme et la générosité sont encore au centre de notre dossier sur les bénévoles, l’art de faire gratuitement ce qui, pour certains, n’a pas de prix. Nous avons titré ce dossier “La Belgique des gens bien”, comme une réponse à l’image lamentable renvoyée par Theo Francken qui, dans sa communication digne de celle d’un kot d’étudiants, laisse entendre que notre pays est moralement à bout et donc légitimement fermé aux autres. En mettant en exergue le travail de ces hommes et ces femmes, qui exercent pour la beauté du geste, nous avons aussi voulu dire que le bénévolat aujourd’hui est une alternative citoyenne qui fait fi de l’action politique et trouve son sens dans l’engagement personnel, voire existentiel. Sans angélisme, même si on n’a jamais rien trouvé de mieux qu’un homme pour aider un autre homme.

Découvrez la totalité de notre dossier de la semaine en librairie à partir de ce mercredi ou sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Pour vous abonner à notre magazine, cliquez ci-dessous:

Moustique du 3 janvier 2018 ©Moustique

Sur le même sujet
Plus d'actualité