Les vélos partagés encombrent Bruxelles

Certains usagers laissent les deux roues en libre-service n'importe où, y compris sur la Grand-Place et au milieu de la route. Pour ne pas que ça dégénère, le gouvernement a décidé de légiférer.

dsc_7859

On connaissait déjà les Villo!, ces vélos en location à ranger dans des stations installées aux quatre coins de la Région bruxelloise. Désormais, les locaux et les touristes peuvent aussi opter pour des deux roues à abandonner où bon leur semble, sans restriction. Une fois l’application dédiée téléchargée, il suffit de réserver un engin et de scanner son code QR afin de débloquer ses roues. Sur papier, l’idée est bonne, car on peut se rendre à destination sans se préoccuper de savoir si on pourra rendre notre Villo!. On comprend dès lors pourquoi elle n’a pas tardé à séduire. Ensemble, les vélos verts GoBee.bike, les jaunes oBike et les bleus Billy Bike arrivent tout doucement au millier d’unités dans les rues de Bruxelles.

Ce qui était un beau projet commence toutefois à déraper. Non seulement ces vélos abandonnés n’importe où engendrent du désordre dans les rues, les places et les parcs. Mais en plus certains usagers les laissent dans des endroits improbables, au milieu de la route (!) et des pistes cyclables, à la sortie des stations de métro, etc. À en croire les premières expériences à l’étranger, ce n’est que le début d’une vraie problématique. La Chine connaît ce boom du vélo en libre-service depuis 2016. Là-bas, les engins se comptent par millions et ont déjà causé de gros embarras de circulation et quelques accidents. La situation est telle que les autorités locales commencent à interdire le stationnement dans certaines zones.

Ce n’est pas encore le cas à Bruxelles où le « free-floating » ne doit répondre à aucune règlementation. C’est sur le point de changer. Un projet d’ordonnance vise à obliger les opérateurs à demander une licence pour mettre des véhicules en circulation. Ils devront également veiller à ce que leurs engins soient en bon état sur la voie publique. Les usagers ne pourront quant à eux plus abandonner leur véhicule dans certains lieux, comme la Grand-Place. L’ordonnance définitive devrait être présentée au premier semestre 2018. On l’attend avec impatience.

Sur le même sujet
Plus d'actualité