Quand le Pentagone enquêtait sur les ovnis

Le Pentagone a investi plus de 100 millions de dollars dans la recherche sur les ovnis. Un programme hallucinant, officiellement mis à l'arrêt en 2012. Mais le New York Times affirme que les enquêtes sur les ovnis continuent.

moustique_pentagone_ovni

Les amateurs de théories du complot vont s’en donner à coeur joie. Après des années d’interrogations, le Pentagone a enfin reconnu l’existence d’un programme baptisé Advanced Aerospace Threat Identification Program («programme d’identification des menaces aérospatiales avancées», dit AATIP), chargé d’enquêter sur les observations d’objets volants non-identifiés. Comme nous l’apprend le New York Times, entre 2007 et 2012, le département américain de la Défense a financé un programme secret de recherche sur les ovnis, à hauteur de 22 millions de dollars par an. 

Ces recherches ont consisté à enquêter sur chaque signalement d’ovni, qu’il ait émané d’un citoyen ou d’un militaire. Un exemple? Novembre 2004: une tache lumineuse ovale est repérée par deux avions de chasse américains, au large de la côte de San Diego. « Regarde ce truc!« , lance un des pilotes dans son cockpit, en voyant filer l’objet à grande vitesse, en pivotant sur lui-même.

Des rencontres de ce type, le Pentagone en aura répertoriées près de 70.000. Principalement sur les côtes Est et Ouest état-uniennes, mais aussi en Inde, en Grande Bretagne, au Canada et en Russie. Sans apporter davantage d’explications… Mais ce que révèlent des témoins au New York Times, c’est que pendant au moins cinq ans, près de 100 millions de dollars ont été versés à la société Bigelow Aerospace, dont le fondateur, le milliardaire Robert Bigelow, est actuellement en contrat avec la NASA. Le projet AATIP a alors étudié chaque «signalisation d’étranges objets volants, évoluant à grande vitesse sans propulsion visible ou en position stationnaire sans moyen apparent de portance», explique le New York Times. Et même si, officiellement, ce programme a été arrêté, plusieurs militaires affirment au journal américain que les recherches se poursuivent. Dans la pénombre. Parmi les documents classifiés.

Sur le même sujet
Plus d'actualité