L’affaire Keaton, la vraie version des faits

Soutenu par de nombreuses stars à la suite d'une vidéo postée sur YouTube dans laquelle il raconte le harcèlement dont il est victime, le jeune Keaton serait en fait raciste, poussé par une mère manipulatrice.

keaton1a

L’histoire a fait le tour de la toile. Dans une vidéo fend-le-cœur, un jeune garçon nommé Keaton décrit le calvaire qu’il subit au quotidien dans son école du Tennessee. Sa mère, venue le récupérer après une ultime brimade, décide de filmer le désespoir de l’adolescent en larmes et poste son témoignage sur Facebook. «Ils se moquent de mon nez, ils disent que je suis moche, ils disent que je n’ai pas d’amis.» Il y explique qu’on lui a renversé du lait dessus, qu’on a mis des tranches de jambon sur ses vêtements, et ce, dans le seul but de l’humilier. Il ajoute: «Les gens qui sont différents n’ont pas besoin d’être critiqués pour ça, ce n’est pas leur faute. Si on se moque de vous, ne vous laissez pas embêter, restez forts, simplement.» Il termine par un émouvant: «Ça ira mieux un jour, j’imagine.»

Publié le 8 décembre, son récit est vu plus de 22 millions de fois sur YouTube et est immédiatement récupéré par de nombreuses stars. Touchés au cœur, certains artistes comme Snoop Dogg, Justin Bieber, Rihanna ou Katy Perry lui témoignent leur soutien, expliquant sur les réseaux sociaux qu’il ne doit pas hésiter à les joindre par message privé et qu’il a désormais des «amis» pour la vie à Hollywood. Un conte de Noël. C’était sans compter sur quelques internautes un peu plus scrupuleux, qui ont voulu comprendre la motivation de la mère du jeune Keaton, Kimberly Jones. Ils découvrent une bonne dose de photos compromettantes de cette dernière, qui vit dans le sud des États-Unis, au Tennessee. Un endroit qui a accueilli pendant de nombreuses années les manifestations de haine du Klu Klux Klan et où est toujours érigée une statue du buste de Nathan Bedford Forrest, l’un des tristement célèbres leaders du KKK.

On y découvre donc Kimberly Jones brandissant fièrement un drapeau sudiste: soit le symbole controversé des confédérés, utilisé notamment pendant la Guerre de Sécession. Une croix bleu marine ornée d’étoiles blanches qui barre un fond rouge: 11 étoiles représentant les États qui, refusant l’abolition de l’esclavage, avaient décidé de quitter l’Union pour fonder un pays indépendant. Pour faire simple, c’est l’emblème raciste par excellence. Les organisations de défense des droits des Noirs comme la NAACP demandent d’ailleurs depuis des années la suppression de ce «drapeau» qui signifie l’oppression et la violence raciale. Un symbole qui a été très utilisé par les ségrégationnistes dans les années 60.

C’est peu de dire que des stars comme Snoop Dogg, Rihanna ou encore Chris Brown l’ont eu en travers de la gorge. Ce dernier a d’ailleurs posté une photo de Keaton Jones en short de bain, souriant à côté du fameux drapeau, expliquant qu’il espérait que les personnes harcelées avaient emmagasiné les ondes positives et les bonnes réactions que la vidéo de Keaton avaient provoqué, mais qu’il n’en revenait pas que des gens aussi malfaisants que la mère de l’adolescent puissent exister. Après avoir fermé son compte Facebook sans explications, Kimberly Jones a également lancé une campagne de dons qui a déjà récolté un petit pactole. Elle a été fermée par le site GoFundMe.

Le directeur du collège a également réagi, expliquant que l’affaire dont le jeune garçon a été victime datait de plusieurs semaines et que des sanctions avaient été prises. Il ajoute également que l’ado ne fait pas du tout l’objet d’humiliations répétées mais qu’il ne s’agit que d’un événement isolé. Un sacré retour de bâton pour une mère peu scrupuleuse. Difficile de savoir comment réagir face à ce genre d’histoire: le jeune est effectivement à plaindre et il n’est pas responsable des manœuvres de sa génitrice. Une sale histoire à grande échelle comme seul le web peut en créer, mêlant générosité, compassion et manipulation.

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité