Qui sont les cancres du secteur aérien?

Vols annulés, overbooking, grève des bagagistes... La situation – inacceptable – du secteur aérien ne cesse de se dégrader. Et si Ryanair n’était que l’arbre qui cachait la forêt?

belgaimage-89121842-full

Rien ne va plus pour Ryanair. Confrontée à une fuite massive de ses pilotes, la compagnie low cost a décidé de supprimer plus de 3.000 vols d’ici à mars 2018. La crise est telle que Michael O’Leary, son patron provocateur, est contraint de faire profil bas. Mais derrière ces annulations en cascade, c’est tout un secteur qui traverse une zone de turbulence… au milieu de laquelle les passagers sont devenus la variable d’ajustement. 

Et si, au-delà des apparences, Ryanair n’était pas un si mauvais élève dans le ciel européen? RefundMyTicket, un service d’accompagnement des passagers victimes de retard, a passé au crible les compagnies aériennes en fonction de leur ponctualité et de la qualité des services proposés à leurs clients. Selon leurs relevés, en 2017, sur le plan opérationnel, les statistiques de retard et d’annulation de vols hissent Ryanair au 2e rang des lignes aériennes les plus fiables en Europe. En 2016, le taux d’annulation de Ryanair était de 0,3%, et jusqu’à cette récente annonce, il ne dépassait pas les 0,14% pour les 8 premiers mois de 2017. Pour autant, aujourd’hui, la compagnie irlandaise devrait passer au 3e rang du classement, avec un taux d’annulation de 0,33%, juste derrière Vueling (0,24%).

Les grandes compagnies font pire

Ces chiffres en disent long sur le niveau de tolérance du secteur s’agissant du service fourni aux voyageurs en Europe. Car si cette annonce de Ryanair est évidemment inacceptable, la situation de la plupart de ses concurrents l’est encore plus. Pour preuve, la moyenne d’annulation du secteur est actuellement de 0,86% des vols quand les plus grosses compagnies comme Air France-KLM, British Airways ou Lufthansa ont des taux d’annulation qui culminent respectivement à 1,1%, 1,25% et 1,37%.

Au plan de la ponctualité, la situation n’est guère plus réjouissante puisque 4,5% des vols des 50 plus grosses compagnies volant en Europe arrivent avec plus d’une heure de retard. Et là aussi, les compagnies les plus importantes sont en queue de peloton: plus de 6,7% des vols KLM ou 7,44% des vols Virgin Atlantic arrivent en effet avec plus d’une heure de retard. Résultat: entre 2016 et 2017, le pourcentage de passagers éligibles à une indemnisation est passé de 1,5% à 2,77% pour les 50 compagnies les plus importantes en Europe. Mais rares sont les passagers à faire valoir leurs droits.

Sur le même sujet
Plus d'actualité