Anti-tourisme: ces pays au bord de la saturation

En Europe, les flux touristiques ont progressé de 25 % en six ans, sous l’effet notamment des printemps arabes. Au point que la qualité de vie des locaux est menacée. Cet été, les manifestations hostiles aux visiteurs se sont multipliées.

illus3717_9

Les petits bateaux défilent sur le canal. La file est longue à l’embarcadère. Allemands, Suédois, Espagnols, Japonais… On discute dans toutes les langues de la beauté des lieux dans la “Venise du Nord”. Malgré le temps maussade qui est venu plomber une bonne partie de l’été belge, la saison touristique bat son plein dans le centre historique de Bruges. Avec 6,7 millions de touristes enregistrés l’année dernière, la ville est l’une des plus visitées en Europe. Le nombre de visiteurs peut aller jusqu’à 40.000 en une seule journée, soit le double de la population du centre-ville, sur une surface de quelques kilomètres carrés à peine. Mais cela n’a rien d’exceptionnel.

Avec 1,2 milliard de touristes enregistrés pour l’année 2016, le tourisme n’a jamais été aussi important dans le monde. Il connaît une croissance constante, en particulier en Europe, où le nombre de touristes internationaux a grimpé de 25 % depuis 2010, sous l’effet des suites des printemps arabes. “Ces dernières années, le terrorisme a frappé très lourdement les pays du sud de la Méditerranée”, rappelle Jean-Michel Decroly, professeur de géographie du tourisme à l’Université libre de Bruxelles. “La Tunisie, l’Égypte et la Turquie étaient, jusqu’il y a peu, des destinations très prisées. Face à l’instabilité de cette région, beaucoup de touristes privilégient désormais les destinations européennes, notamment l’Espagne et la Grèce.” D’où ce phénomène de saturation dans plusieurs villes du continent. Dubrovnik est l’une de ces villes où le seuil du raisonnable est depuis longtemps dépassé. Avec ses remparts, et la mer bleu azur tout autour, la “Perle de l’Adriatique” connaît une telle popularité que les autorités municipales ont dû limiter à 8.000 le nombre de visiteurs autorisés à pénétrer dans la vieille ville chaque jour. 

Pour découvrir la suite de l’article, rendez-vous en librairie ou sur notre édition numérique,sur iPad/iPhone et Android.

Sur le même sujet
Plus d'actualité