Haut potentiel : « Il n’y a pas de raison de paniquer »

En répondant à 38 questions, les docteurs en sciences psychologiques de l’UCL, Catherine Cuche et Sophie Brasseur apportent un autre éclairage.

belgaimage-11744466-full

En Fédération Wallonie-Bruxelles, 2,5 à 5% de la population serait « à haut potentiel ». Qui sont ces personnes ? Comment les accompagner au mieux ? Un nouveau livre, Le haut potentiel en questions, vient de sortir à ce sujet. Catherine Cuche et Sophie Brasseur, docteures en sciences psychologiques à l’UCL ont suivi de très nombreux adultes et enfants concernés par le haut potentiel. Elles ont voulu déconstruire « les mythes encore trop souvent présents. » L’enjeu de leur livre « est bien de remettre les choses dans leur juste perspective ». Pour elles, « une approche éducative qui ne prendrait en considération que le haut potentiel pour envisager l’élève, ne peut engendrer que de la stigmatisation ». Face à l’effet de mode, leur discours est très précis:  « Il existe une tendance à penser que le haut potentiel explique, voire excuse tous les comportements. Pourtant, le haut potentiel est bien loin d’expliquer toutes les difficultés des personnes. »
 
Devant la réalité de terrain, elles affirment sans détour qu’il n’y a pas plus de personnes à haut potentiel qu’avant, mais qu’on en parle juste plus qu’il y a 10 ans. Pour les docteures, le haut potentiel intellectuel correspond à une ou plusieurs capacités intellectuelles s’écartant significativement de la norme. « Face à ce diagnostic, il n’y a pas de raison de paniquer. Nous dialoguons souvent avec des parents qui angoissent. Pourtant chaque enfant ou adulte face à cette situation est différent. Il ne faut pas vivre sur les rumeurs mais plutôt sur la situation présente et sa traduction dans la vie quotidienne. »

Génétique, école, vie de famille, place dans la société, un point éclairant en 38 réponses qui ne stigmatise pas les personnes…
 
Le haut potentiel en questions, de Catherine Cuche et Sophie Brasseur. Editions Mardaga.

Le haut potentiel en questions. Cover ©DR

Sur le même sujet
Plus d'actualité