Les (méconnus) trésors naturels wallons

Avec ses nombreux parcs et réserves, la Wallonie investit dans la préser-vation et la mise en valeur de son patrimoine naturel. Promenade dans l’un ou l’autre de ces sites si proches et pourtant souvent mal connus. 

illus3417_parcs

Un gouffre hérissé d’impressionnants pics rocheux. S’ouvrant à ras du sol sur un plateau à découvert, il plonge à plus de vingt mètres de profondeur. Autour, pas de parapet. On y descend en slalomant entre rocs et végétation, comme le faisaient autrefois les villageois pour y extraire et fondre le fer. D’où le nom de ce site unique: le Fondry. Le Fondry des Chiens plus précisément, car on y aurait aussi jeté les cadavres d’animaux. Une légende préfère évoquer un noble local qui, pour avoir osé chasser le jour du Seigneur, fut précipité avec sa meute dans ce trou. Quoi qu’il en soit, cette curiosité géologique, appelée aussi les Abannets (lieux bannis), formée par des milliers d’années d’érosion dans un sol très calcaire, est aujourd’hui une zone classée en réserve naturelle, celle-ci se trouvant elle-même au cœur d’un parc naturel.
Réserve naturelle, parc naturel… Spontanément, dans notre imaginaire, ces termes évoqueraient plutôt des régions lointaines, sauvages. Pourtant, ce Fondry des Chiens se trouve bien en terre wallonne. Il est visible à Nismes, un des huit villages de la commune de Viroinval, du nom du Viroin qui le traverse, au sud de la province de Namur et proche de la frontière française. Reconnu en 1998 pour sa diversité et sa spécificité, ce territoire entre alors sous le nom de “Parc naturel Viroin-Hermeton” dans la famille des Parcs naturels de Wallonie. Il y rejoint ainsi le tout premier parc reconnu en Wallonie, celui des Hautes Fagnes-Eifel, dans la province de Liège.

La nature, mais pas sous cloche

Aujourd’hui, ces parcs sont au nombre de onze en Wallonie…..

Pour découvrir la suite de l’article, rendez-vous en librairie ou sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Sur le même sujet
Plus d'actualité