Le viaduc de Millau, un pont aérien

Chaque semaine, on emprunte les ouvrages d’art qui ont fait la légende. Aujourd’hui, ce chantier record culminant à 270 m au-dessus des gorges du Tarn.

BelgaImage

Jadis, entre le causse de Sauveterre et le Larzac, il fallait, depuis Engayresque, à 930 m d’altitude, quitter l’autoroute A75 (la Méridienne), descendre jusqu’à Millau à 359 m, et remonter ensuite à l’assaut du Larzac, que l’on atteignait aux environs de Potensac, à 765 m d’altitude. Mais depuis 2004, les automobilistes font une économie de 60 km… en moins de 2 minutes. À l’origine du raccourci: un trait de 2.460 m de long, enjambant, à 270 mètres de hauteur, la profonde vallée du Tarn. 

Il y a treize ans, le 16 décembre 2004, le viaduc de Millau ouvrait à la circulation. Deux jours plus tôt, le président de la République Jacques Chirac inaugurait cet élégant pont haubané, dessiné par l’architecte britannique Norman Foster et conçu par l’ingénieur français Michel Virlogeux, spécialiste international de ce type d’ouvrages. “Je me souviendrai toujours du ‘Waouh!’ de Chirac lorsque, en sortant de sa limousine, il a pour la première fois posé les yeux sur le pont”, confie l’ingénieur, intervenu sur près de 200 ouvrages d’art, dont le pont de Normandie et le Vasco de Gama de Lisbonne. 

Pour découvrir la suite de l’article, rendez-vous en librairie ou sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Sur le même sujet
Plus d'actualité