Le trésor éperdu des Troadec

Chaque semaine, une affaire criminelle dont les victimes et les bourreaux entretiennent un lien de parenté… Ici, aux racines d’une jalousie sociale échauffée par une fantasmatique chasse à l’or. 

illus2917_troadec2

Moitié nord de la France, fin mai 1940. Les Stukas allemands piquent sur les routes chargées de soldats français en déroute et de familles qui fuient l’occupant. C’est l’exode et la débâcle. Dans l’état-major, au gouvernement, les mines sont plus que grises. C’est l’accablement. La défaite semble inéluctable. Et proche. On essaie de sauver ce qu’on peut. Le ministre des Finances décide d’évacuer l’or de la Banque de France vers l’étranger. Du 30 mai au 14 juin 1940, 60 convois arrivent à Brest par chemin de fer, chargés de 16.201 colis en caisses et sacoches, soit 736 tonnes d’or. Ces colis sont ensuite chargés sur des bateaux pour être expédiés en lieux sûrs. Mais la Luftwaffe est là, il faut se dépêcher! Dans la précipitation, une sacoche tombe dans l’eau du port. Cette nouvelle se répand rapidement parmi le petit milieu de la Résistance locale. Deux jeunes décident de plonger de nuit et d’aller chercher la sacoche. En moins d’une heure, ils réussissent à la remonter. La chargent sur une moto et vont la cacher sous un tas de bois dans le jardin d’une des tantes du duo. L’idée n’est pas de s’emparer du magot mais d’éviter qu’il ne tombe entre les mains des nazis. Reste qu’à la fin de la guerre, une enquête est menée pour retrouver l’or manquant. La Banque de France demande à la marine de faire des recherches. Les deux jeunes paniquent. La Libération est une fête qui masque bien des violences. Et si on ne croyait pas à leur bonne foi? Ils se débarrassent donc de l’or, en le murant, une nuit, dans un immeuble désaffecté de Recouvrance, un quartier historique de Brest. Le trésor ayant déjà échappé aux nazis se soustrait aux autorités françaises si longtemps qu’il finit par être considéré comme une légende. Jusqu’en 1976.

Pour découvrir la suite de l’article, rendez-vous en librairie ou sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Sur le même sujet
Plus d'actualité