Le visage des mendiants

Cet été, Namur interdit la mendicité dans certaines zones de son centre-ville. S’ils avaient le choix, les gens de la rue gagneraient leur vie autrement. Alors ils continuent, quitte à ravaler encore un peu de leur fierté.

illus2917_mendiants1

Comme la plupart des matins, Jordan, 21 ans, se rend rue du Collège pour prendre son petit-déjeuner offert par l’association de l’Abbé Malherbe. À cette heure-ci dans le centre namurois, les rues sont bien souvent désertes. Quand il y croise malgré tout l’un ou l’autre passant, il tend une première fois la main. Ce mardi, il arrivera bredouille à sa destination. À l’intérieur, le responsable du jour, Philippe Jacques, a préparé le café et disposé les viennoiseries sur la longue table en bois de dernière qualité. Les bénévoles les ont récupérées la veille dans plusieurs boulangeries de la région. Jordan attrape une tasse en échangeant quelques mots avec les quatre ou cinq personnes déjà installées. Il les connaît, les croise souvent en rue. Certains, confie-t-il, sont devenus des amis après l’avoir sorti de “grosses galères”. 

Cela fait cinq ans que Jordan a quitté sa ville natale de Tournai, après le décès de ses deux parents. Sous la tutelle de ses grands-parents, les tensions se sont rapidement dessinées. Envoyé en IPPJ après “quelques conneries”, puis en centre de mise en autonomie, il a finalement débarqué à Namur, seul, du haut de ses 16 ans. Il s’est rendu au CPAS pour s’y domicilier et a dormi en rue quand il ne logeait pas à l’abri de nuit ou que celui-ci était fermé ou complet. “Je suis entré dans un cercle vicieux. Sans logement, je peinais à garder mes vêtements propres et je n’arrivais donc pas à trouver un taf.” Après quelques semaines, il a accepté de ravaler sa fierté, a empoché un gobelet trouvé par terre et s’est assis au coin d’une rue. Ce jour-là, il n’a pas gagné cinq euros. 

Pour découvrir la suite de l’article, rendez-vous en librairie ou sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Sur le même sujet
Plus d'actualité