On était aux J.O. pour seniors

La première édition des olympiades organisées pour les aînés était organisée au Stade Roi Baudouin. Âgés de 57 à 96 ans,  les 130 participants, déjà aguerris à toutes les épreuves de la vie, n’y concouraient pas seulement pour des médailles.

Paul, à l'arrivée du 4x25m

Il est 14h30, ce mardi 13 juin. Stéphanie Coerten, commentatrice d’un jour, attrape le micro du Stade Roi Baudouin à Bruxelles. Elle jette un dernier coup d’œil sur les sportifs installés par équipes sur une partie de la piste d’athlétisme et lance avec énergie: “La première édition des olympiades des seniors est officiellement ouverte”. Les 50.000 places en tribune sont vides. Peu importe. Là où Carl Lewis, Usain Bolt et les frères Borlée ont été applaudis, là où les Diables Rouges ont fait rêver un pays entier, c’est au tour des maisons de repos de la Ville de Bruxelles d’écrire une nouvelle page de l’histoire. 

Pour la première fois, grâce à une idée farfelue du Premier échevin Alain Courtois, 130 athlètes entre 57 et 96 ans occupent une partie du terrain, épaulés par une cinquantaine d’accompagnateurs. Ils n’ont pas été sélectionnés pour leur esprit de compétition ou leurs talents baskets aux pieds. L’immense majorité d’entre eux n’ont d’ailleurs pas arboré leur plus belle tenue de sport. Les seniors sont là pour passer un moment festif sans trop se prendre aux sérieux, égayés par un groupe de swing et de jazz appelé pour l’occasion. 

À 88 ans, Émile entend ramener une médaille à la Résidence Porte de Hal. Après s’être abreuvé d’un grand verre d’eau pour éviter les risques de déshydratation sous ce soleil de plomb, il se rend au lancer de crêpe. “Je devrais parvenir à la faire décoller, s’amuse-t-il. Mais ça sera moins évident de la rattraper.” Malgré ses doutes et l’arthrose qui font trembler ses doigts, il souffle un bon coup, redresse ses lunettes glissantes sur son nez et agrippe la poêle des deux mains. Les quelques supporters autour de lui ne l’impressionnent guère. Au top départ, il lance la crêpe sans la perdre du regard. Émile a une minute pour la faire décoller le plus haut possible. Elle est passée à une vitesse folle. Son meilleur coup a bondi de 14 centimètres sans qu’aucune faute ne soit signalée. Un beau score qui lui vaudra une belle seconde place et une médaille qu’il croquera à pleines dents à la fin de la journée. 

Pour découvrir la suite de l’article, rendez-vous en librairie ou sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Sur le même sujet
Plus d'actualité