Le « au revoir et merci » du cdH au PS

Le cdH veut mettre fin au travail avec son partenaire dans les gouvernements régionaux et communautaires. Il tend la main à Défi, au MR et à Ecolo "pour mettre en place des majorités positives" selon Benoît Lutgen, le président du cdH. Du côté du PS, on parle "de trahison" du cdH.

Lutgen, Di Rupo, Magnette, PS, CDH

« La rupture est nécessaire et elle doit être immédiate. » Benoît Lutgen, président du cdH a prévenu ce matin son partenaire socialiste en ayant un contact avec Elio Di Rupo. Il lui a signifié sa volonté de mettre fin au travail commun dans les majorités au gouvernement wallon-bruxellois et à la Fédération Wallonie-Bruxelles…et que dans le contexte actuel des affaires, un changement était indispensable.. »La cupidité de certains a dépassé tout entendement ».

 

Pour lui, « chaque scandale handicape l’action du gouvernement » a-t-il annoncé lors d’une conférence de presse exceptionnelle ce matin. Des propos qui font écho à la sortie du ministre wallon, Maxime Prévot dans les colonnes de l’Echo ce week-end.

Le cdH souligne l’importance « d’une réduction drastique des outils publics et surtout de l’exemplarité des personnes qui y travaillent. » Il en appelle à un sursaut de tous les francophones.

 

 

A ce stade, le cdH se sait indispensable à la prochaine majorité…sauf si le MR er le PS venaient à faire une alliance inattendue à ce moment des affaires. Du côté du PS, la décision passe mal. Pour Elio Di Rupo, président du parti, « c’est une trahison » du cdH. Pour lui, « le cdH a pris peur et « il ne faut pas être dupe des justifications évoquées ». Il parle même « d’une attitude irresponsable. »

Pour sa part, le MR a pris acte.

 

De son côté, Défi a déjà réagi par la voix d’Olivier Maingain. Et Didier Gosuin s’est voulu plus ferme.

 

Du côté du PTB, on s’étonne de la tournure des événements.

Sur le même sujet
Plus d'actualité