100% des profs busés à l’examen!

Concours discriminatoires, cours erronés, questions pièges. Tous recalés au dernier brevet de formation, 85 enseignants vont intenter une action commune contre la Fédération Wallonie-Bruxelles. 

Photo d'illustration

Pire, bien pire encore, que les scores du CEB. Il y a trois semaines, la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) organisait la première épreuve du concours destiné à régulariser et nommer les chefs d’atelier. Un poste d’enseignant à responsabilité que l’on retrouve dans les écoles techniques, professionnelles et spécialisées. Et les résultats sont tombés ce mercredi 14 juin. Après trois délibérations (!), les 85 professeurs ont tous échoué à l’examen! Du jamais vu. Détails de législation à connaître par cœur, manuels de cours erronés, mises en situations irréelles, exercices impossibles à réaliser dans le temps imparti. Les recalés multiplient les arguments en leur faveur et ne comptent pas arborer longtemps leur bonnet d’âne. «Vous imaginez bien que si un prof de maths, par exemple, avait 100% d’échec dans ses classes, il devrait rendre de solides comptes à son chef d’établissement, peste Annick Parlier, l’un des 85 profs busés. Pour vous donner un exemple concret, il fallait notamment monter un marché public en 45 minutes alors que cela nécessite au minimum deux jours…»

Et la pilule est doublement amère. «Ces concours sont uniquement imposés aux profs du réseau officiel organisé par la FWB et non à l’officiel subventionné (écoles communales et provinciales, ndlr.) ni au réseau libre, avance encore cette enseignante. C’est donc une discrimination totale entre les pouvoirs organisateurs.» Ces enseignants comptent dès lors introduire une série de recours. Auprès de la Promotion sociale, organisateur de la formation, de la Fédération Wallonie-Bruxelles, et «jusqu’à la Cour européenne des droits de l’homme si on est débouté.» Une chose est sûre, ces brevets commencent à poser de plus en plus question. Oubliés durant une dizaine d’années, ils sont à nouveau organisés par la FWB afin de régulariser des milliers d’enseignants. Avec, presque à chaque fois, de sérieux couacs. Et des taux de réussite de seulement 30% à des épreuves de brevet de directeur, par exemple, ou de 10% à des concours visant les administrateurs d’internat. Avec, presque à chaque fois aussi, des recours à la clé. Ce jeudi soir, les 85 profs busés tenteront d’alpaguer Marie-Martine Schyns, ministre de l’Enseignement, en visite dans une école de Mouscron. Laquelle a été conviée à parler du Pacte d’Excellence.

Sur le même sujet
Plus d'actualité