David Beckham, l’entrepreneur

En obtenant la vente d'un terrain pour la construction d'un stade à Miami, l'ancien footballeur vient de faire un pas de plus vers la création de son club.

beckhambon

La patience a fini par payer. Après 3 années de recherche, David Beckham vient d’obtenir la vente d’un terrain auprès du comté de Miami-Dade, dans l’optique d’y construire un stade de 25 000 places. Depuis sa retraite sportive, l’ancien footballeur œuvre activement à la création d’une franchise (comprenez un club) en MLS (Major League Soccer), le championnat de football nord-américain. Pour monter sa structure, l’ancienne gloire du football anglais s’est entouré de plusieurs investisseurs dont Simon Fuller, l’impresario qui avait lancé les Spice Girls. La facture pour l’emplacement et le stade s’élève à 300 millions de dollars (268M d’euros) pour le consortium Miami Beckham United qui affirme que son infrastructure sera financée uniquement par des fonds privés et soumise à l’impôt local. L’inauguration est prévue pour 2020, date à laquelle l’équipe du Becks devrait être opérationnelle. Le conditionnel est de mise: 12 candidats sont en compétition pour la création de 4 franchises. Mais Miami part avec les faveurs du pronostic puisque que le grand manitou de la MLS, Don Graber lui-même, s’impatientait en voyant le projet floridien stagner. Un grand pas vers l’octroi de la franchise vient donc d’être fait.

Une image avant tout

La notoriété de David Beckham tient une part importante dans ce dossier. Si l’exode de footballeurs célèbres vers l’Amérique du Nord est en vogue, « Golden Balls » est la première star à montrer la voie en s’engageant avec le Los Angeles Galaxy en 2007. A l’époque, la MLS veut augmenter la qualité et la popularité de son championnat et trouve en Beckham l’égérie parfaite. Et justement, le contrat en or que signe le « Spice Boy » lui offre la possibilité de fonder sa propre franchise dans le futur pour 25 millions de dollars. Une réduction plutôt honnête lorsque l’on apprend que la création d’une franchise pour rejoindre l’élite du football américain coûte environ 150 millions de dollars.

David Beckham est avant tout une image, une marque qu’il forme avec son épouse, l’ex-Spice Girl, Victoria Beckham. Comme pour son exil américain, il est un pionnier dans le rôle de sportif-businessman. Emporio Armani, Adidas, Marks & Spencer ou encore H&M, tous ont fait appel à lui car en plus de sa réputation sportive, David Beckham est aussi une icône de la mode. Mais l’homme n’utilise pas sa renommée uniquement à des fins commerciales, comme en témoigne ses engagements auprès de l’UNICEF. Reste à savoir dans quel rôle ce touche-à-tout s’illustrera au sein de son propre club. Après une carrière de footballeur, d’homme d’affaires et même d’acteur dans le film Le roi Arthur, à quand le Beckham entraîneur ?

Sur le même sujet
Plus d'actualité