Les 7 défis de Macron pour réussir autrement les 100 premiers jours

Comment le nouveau Président français pourra-t-il réaliser son impossible défi de réformer la France ? Les premiers mois sont essentiels ! Y a-t-il une méthode miracle ? Nous avons posé la question à Michel de Kemmeter, expert en transition économique pour Wise Holding, un do-tank d'experts qui développent des outils qui permettent une autre transistion économique. 

Macron, son programme et le peuple français: 100 jours pour appliquer les mesures les plus urgentes @Belga Image

Depuis lundi, Emmanuel Macron affine son équipe et sa « Marche en avant » pour les 100 premiers jours de son quinquennat. A-t-il une chance de réussir son défi de réformer la France ? « C’est possible et obligatoire », affime Michel de Kemmeter, expert en transition économique pour Wise Holding. Mais pourquoi lui ? « Parce que c’est un franc-tireur qui démarre d’une page blanche. Il a une occasion unique d’agir. A ce stade, en plus, il est bien entouré et il écoute le terrain qui l’influence de manière intéressante. »

Et chez nous, une telle démarche est-elle possible ? « Pas au niveau fédéral. Les gens qui, en Belgique, veulent apporter des réformes et une plus-value politique ne peuvent le faire qu’à partie des villes voire des provinces. » Les provinces ? Mais il s’agit pourtant d’un des lieux les plus politisés de Belgique. « Les personnes sont peut-être politisées mais elles peuvent instaurer une dynamique de part leur proximité avec la population. C’est un atout incontestable pour transformer la société. Après, rien n’empêche de diminuer la politisation de l’institution. Parce que je rappelle qu’une réforme comme celle de Macron ne peut avoir un avenir que sur les bases d’une éthique irréprochable. » martèle Michel de Kemmeter.

Voici 7 thèmes urgents pour Macron selon lui : 

1. Comment réussir son défi pour l’emploi et la formation ?

« D’ici 5 ans, l’économie sera radicalement différente. Il y a des énormes aspirateurs à emplois: l’agro-écologie, l’économie circulaire, collaborative, l’économie sociale et verte, économie digitale. Largement assez pour absorber les pertes d’emploi dans l’industrie, services et les services publics. Mais… pas avec les mêmes compétences et attitudes. Il faut améliorer la formation, mais aussi permettre l’apprentissage d’une nouvelle culture collaborative de partage de ressources, de nouveaux modèles d’affaires… »

2. Comment réussir le dialogue social et éviter les manifs ?

« En l’élargissant, en intelligence collective. Se faire rencontrer les différents mondes, industries, générations, fonctions, public et privé, les faire bosser ensemble sur les (vrais) business de demain qui répondent aux enjeux du moment. »

3. Comment réaliser son grand plan d’investissement de 50 milliards ?

« Durabiliser le bâti existant, privé, public, bureaux, créer de l’habitat durable écologique zéro énergie, recyclable, cela va créer du business pour 20 ans, avec avantages écologiques, économiques multiplicateurs, et de bien-être. Un large multiple du PIB. »

4. Mauvaise idée son fonds de 10 milliards pour l’industrie et l’innovation ?

« Attention au leurres. Le numérique c’est bien, mais vulnérable… et les gens perdent confiance. La nouvelle économie ce n’est pas que le numérique et l’innovation interne. C’est surtout l’innovation des business-modèles collaboratifs, coopératifs, systémiques, de fonctionnalité. Cela demande un changement de culture et un brassage des compétences. Arrêter d’investir dans des business qui sont déjà à moitié morts. »

5. Le débat sur les retraites, comment agir au mieux ?

« On connaît tous des gens qui bossent toute leur vie pour enfin prendre sa retraite – et surprise – ils tombent en dépression. Pour 20 ans ou plus… Donnez du sens à ces années si précieuses en valorisant la population grisonnante, des espaces pour continuer à créer de la valeur, en monnaie complémentaire, afin d’améliorer nos vies et la société en faisant des choses avec le sourire. Et avec un petit plus pour améliorer notre quotidien. »

6. Comment soutenir les agriculteurs ?

« L’agriculture industrielle donne du travail à une personne pour 70 à 100 hectares. L’agro-écologie 1 à 4 emplois/hectare, avec un modèle économique qui rapporte, en créant de nouveaux biotopes écologiques, en local. »

7. Quelle politique de soins de santé ?

Créer un service sanitaire de prévention ? « Chaque euro investi en prévention en rapporte 10 à 20 en soins, et avec plus de bien-être. Apprendre à mieux manger, gérer le stress, mieux vieillir, bref développer un style de vie sain chez soi, en communauté et au travail. »

Ces thèmes et d’autres seront abordés lors du 4°Sommet sur l’économie systémique

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité