Donald change de camp

Après une semaine de déconnexion, vous reprenez le fil de l’actu. Rien n’a changé, sauf Trump.

illus1517_3

Ce n’est pas exactement comme si le président des États-Unis nous invitait à rejoindre ses 21.858.458 amis sur Facebook, mais quand même. Un homme qui, d’une décision, se fâche avec Poutine, Marine Le Pen, Bachar el-Assad, l’Iran, le Hezbollah libanais et Kim Jong-un peut-il être tout à fait mauvais? La question mérite d’être reposée après certains signes troublants. Ses positions anti-avortement ou climato-sceptiques n’ont pas varié, mais il semble avoir changé de posture après avoir vainement menacé les membres de son parti qui ont empêché l’abandon de l’assurance santé installée par Obama. Après avoir assuré de son soutien le principe même de l’Otan (!), il a ordonné de frapper la base aérienne syrienne d’où seraient partis les avions qui ont bombardé leur propre peuple, faisant 87 morts dont des dizaines d’enfants (!!). Même s’il est délicat de se réjouir d’un acte militaire, on a du mal à ne pas reconnaître que lui  n’a pas toléré cet usage d’armes chimiques qu’Obama avait déclaré “ligne infranchissable” pour finalement ne pas agir.

Sur la photo du contrôle de l’opération depuis la Maison Blanche (référence à la “situation room” pendant l’intervention contre ben Laden), Stephen Bannon, son “stratège en chef”, conseiller ultra-droite, théoricien de “l’Amérique d’abord” et suprémaciste à ses heures perdues, est ravalé au second rang. On apprenait dans la foulée qu’il était écarté du Conseil national de sécurité. Deux jours encore et le président américain envoie un de ses dix porte-avions géants vers la Corée du Nord (!!!). Pour un champion du non-interventionnisme, ami de la Russie, on accordera que c’est spectaculaire. Certains y voient l’influence de son gendre Jared Kushner, conseiller spécial autrefois affilié au parti démocrate et plus mesuré que les musclés du Tea Party qui ont porté Donald Trump. Si en plus il va falloir se mettre à respecter la famille, voire à serrer contre son cœur un bijou signé Ivanka Trump…

Sur le même sujet
Plus d'actualité