Pourquoi on gaspille

Par distraction, ou parce qu’ils ont les yeux plus gros que le ventre, les ménages sont les premiers responsables du gâchis alimentaire.

illus1417_kanardechets

Le gaspillage est un mal planétaire. Selon l’ONG CNCD-11.11.11, un tiers de la nourriture produite dans le monde n’est pas consommé. Soit 1,3 milliard de tonnes par an. Les responsables sont multiples. Les industriels de l’agroalimentaire, les distributeurs et les producteurs ont évidemment leur part de responsabilité. Mais, à hauteur de 42 % du gaspillage mondial, ce sont pourtant bien les ménages qui gaspillent le plus, juste devant, en Belgique, le secteur de l’Horeca. Au niveau individuel, 12 % du sac “blanc” des ménages bruxellois sont constitués de restes alimentaires ou de produits encore emballés. Les Wallons, eux, gaspillent entre 15 et 25 kg de produits alimentaires par an.

Une enquête menée par GfK sur la demande du cabinet du ministre wallon de l’Environnement Carlo Di Antonio que nous avons pu consulter intégralement en exclusivité montre que les mentalités doivent encore évoluer. Au restaurant, plus d’un Wallon sur quatre préfère jeter ses restes que d’emporter le surplus. Mais c’est le gaspillage domestique qui surprend le plus. 58 % des Wallons avouent jeter de la nourriture et des boissons à domicile. 31 % des jeunes âgés entre 18 et 29 ans jettent au moins une fois par semaine. 13 % le font tous les jours. Une ineptie, voire un scandale du point de vue éthique et environnemental. Si les ressources alimentaires étaient toutes redistribuées au lieu d’être jetées, elles permettraient de nourrir les 870 millions de personnes qui ne mangent pas à leur faim dans le monde. Alors on pose la question peut-être naïve, mais essentielle: pourquoi gaspille-t-on? 

Pour découvrir la suite de l’article, rendez-vous en librairie ou sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Sur le même sujet
Plus d'actualité