L’immunothérapie, un nouvel espoir

Trois types de cancers seront mieux combattus grâce aux avancées en matière de renforcement des défenses immunitaires. 

Immunothérapie ©Belga

En Belgique, les chercheurs poursuivent leur combat contre le cancer au travers notamment de l’immunothérapie. “Il s’agit d’un traitement qui vise à “mobiliser” les défenses immunitaires du patient contre sa maladie”, rappelle la Fondation contre le cancer. En éliminant les dernières cellules cancéreuses qui auraient échappé aux autres traitements, l’immunothérapie pourrait, par exemple, transformer une rémission en guérison définitive. Le remboursement de nivolumab, un nouveau type d’anticorps, pour le mélanome avancé (cancer de la peau) est déjà approuvé en Belgique depuis le mois d’avril 2016. Aujourd’hui, pour la première fois, la combinaison de deux immunothérapies différentes est remboursée pour le mélanome avancé: la thérapie combinée de nivomulab et ipilimumab, avec l’espoir d’une nette amélioration. 

Une excellente alternative

L’immunothérapie est aussi remboursée pour trois nouveaux types de cancers: la maladie de Hodgkin, le cancer du poumon et le cancer du rein. Le professeur Johan Vansteenkiste, oncologue thoracique à l’hôpital universitaire de Louvain, souligne cette avancée: “Grâce à l’immunothérapie, les patients ont désormais accès à une excellente alternative aux traitements standard: une meilleure qualité de vie et de plus grandes chances de survie à long terme. En effet, les patients observés ont jusqu’à trois fois plus de chances de survie à long terme, en fonction de l’histologie de la tumeur, qu’avec la chimiothérapie”. Pour rappel, chaque année, environ 8.000 cas de cancers du poumon sont diagnostiqués en Belgique. De son côté, le cancer du rein est désormais remboursé pour tous les patients atteints du carcinome avancé des cellules rénales. Le professeur Jean-Pascal Machiels, oncologue médical à l’Institut Roi Albert II de Bruxelles, précise que, “en comparaison avec le traitement de référence, les chances de survie augmentent de 27 %”. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité