Salon de l’auto | Vous pouvez toujours rêver

Leurs prix affichent six à sept chiffres. Elles sont exposées dans un écrin de luxe, un peu à part du salon. Voici trois modèles qui agiteront vos fantasmes…

Aston Martin DB11

Depuis l’édition 2011 du salon, les (a)mateurs de voitures de rêve ne fréquentent plus seulement les travées du Salon de l’Auto “classique”, mais optent également pour un ticket leur donnant, en outre, accès à une extension du salon la bien-nommée Dream Cars (du 20 au 22 janvier).

Alpine Vision

Le concept Vision, préfigurant la nouvelle Alpine de route, continue sa tournée de présentation et passe par Bruxelles. Avant la grande révélation du modèle définitif espérée au Salon de Genève, en mars. Bref, Alpine est bel et bien de retour. Et s’apprête, enfin, à lancer un nouveau bolide. Qui s’annonce fidèle à l’héritage laissé par les anciens modèles, notamment la fameuse berlinette A110, produite de 1962 à 1977. Certains pourront ergoter sur le peu de changement affiché par ce nouveau concept Vision, par rapport à l’Alpine Célébration, modèle sportif, présenté l’an dernier aux 24 Heures du Mans. 

On dira plutôt que cette constance dans le design de l’auto confirme l’authenticité de ce nouveau chapitre, qui se prépare à Dieppe… dans le plus grand secret. Et puis, même si elle fait clairement référence à sa glorieuse ancêtre, elle affiche, malgré tout, une vraie personnalité, et semble résolument moderne. On en frétille d’avance!

La Ferrari Aperta

Vous êtes multimillionnaire et vous ne savez pas quoi faire de 2 millions d’euros? Nous avons la solution pour vous: la LaFerrari Aperta. Après le coupé, voici maintenant le cabriolet. Et Ferrari élargit donc la gamme de sa supercar avec une seconde carrosserie. Esthétiquement, cette Aperta (pour “ouverte”) reprend globalement le style très futuriste du coupé. Bien évidemment, le toit a disparu, remplacé par une capote en toile qui se range dans le compartiment du capot avant. Attention, celle-ci ne résiste pas à une vitesse supérieure à 130 km/h. Pour résoudre ce problème, le constructeur italien propose en option un hard-top en carbone facturé 50.000 euros, soit le prix d’une BMW série 5. Il faudra juste trouver un endroit pour le stocker. 

Pour le reste, tous les modèles en production ont déjà trouvé acquéreurs. Et les quelques chanceux retenus par la marque pour acheter cet engin ont déjà dû s’acquitter d’un acompte de 900.000 euros… sans connaître le prix définitif. 

Aston Martin DB11

Chez Aston Martin, une nouvelle ère s’annonce. Parce que même pour les constructeurs de supercars, se renouveler reste une question de survie. Après 103 ans d’existence, la marque anglaise fait peau neuve. Et présente un tout nouveau modèle. Son nom de code: DB11. Ses signes particuliers: nouveau design, nouvelle plateforme, nouveau moteur. En fait, avec ce modèle, Aston Martin annonce les plus importantes évolutions de toute son histoire. Tout changer sans renier l’ADN et l’âme de la marque, voilà le défi auquel est confrontée la firme britannique. Et que relève brillamment cette DB11 qui débarque en grande pompe sur le plateau du Heysel. Car les progrès réalisés par Aston Martin sont impressionnants, la DB11 n’ayant plus grand-chose à envier à ses rivales, qu’elles soient italiennes ou allemandes. Côté tarifs, aussi, elle est plus que jamais compétitive… du moins pour les fans de l’enseigne, au portefeuille un minimum rempli quand même: 205.000 euros pour un modèle de base. Une petite inflation face à la précédente DB9. Mais c’est le genre de petit détail sur lequel le vrai gentleman ne discute pas.

Plus d'actualité