Alain Simons privé d’antenne pour une semaine

La RTBF suspend Alain Simons jusqu'à la fin du mois suite à des propos lâchés sur VivaCité. Une liberté de parole très tendance en ce moment...

simons_alain

« On note la présence de gitans qui rôdent dans les régions de Gerpinnes, Nalinnes, Loverval, Somzée et les environs. (…). Faites attention. On ne sait jamais. Fermez bien les portes. Si vous avez des trucs volables chez vous, prenez vos précaution. » Bien sûr, il peut s’agir d’une maladresse. Mais ce genre de propos fait mal au bide quand on l’entend à l’heure des infos sur une chaîne comme VivaCité. Depuis ce sinistre « avertissement », vers 6h30 ce matin, une plainte a été déposée, le CSA a ouvert une instruction et la RTBF a réagi par cette suspension provisoire, en condamnant « avec la plus grande fermeté les propos déshonorants et injurieux »  de son animateur.

Le 10 novembre, c’est Jean-Pierre Pernaut qui donnait son opinion dans le 13 heures de TF1: « Plus de place pour les sans-abri, mais en même temps les centres pour migrants continuent à ouvrir partout en France…  » Le commentaire étant plus indirect et Pernaut coutumier du fait, TF1 n’a pas réagi. Dommage. Et lundi, c’est Stéphane Bern qui faisait parler de lui, après une phrase malheureuse au Salon « Ecrire l’histoire », à Bruxelles, où il a exprimé de façon un peu trop claire les problèmes rencontrés auprès de sa hiérarchie. « On est obligé de convaincre des gens qui ont le pouvoir mais qui sont ignares. » Peut-être parlait-il des directions précédentes mais là aussi, la « maladresse » a causé bien des remous.

Le ras-le-bol face au politiquement correct et l’extrême liberté de parole qui circule sur le Net doivent donner des ailes aux animateurs qui ont devant eux un micro. Dommage qu’ils ne se contentent pas toujours des petites vérités bien senties comme en sort Stéphane Bern. La maladresse n’est pas toujours une excuse suffisante…

Sur le même sujet
Plus d'actualité