Renaud: 5 trucs à retenir de son retour à Forest National

Mister Renard donnait ce mardi le premier de ses deux concerts bruxellois. Le son et la voix étaient catastrophiques mais l'émotion était au rendez-vous. Il nous reviendra cet été.

renaud

La technique KO

Dès l’entame du premier morceau, c’est la catastrophe. Le son est pourri et la voix de Renaud catastrophique. Pendant les nombreux interludes parlés entre les chansons, les spectateurs autour de nous n’arrêtent pas de répéter: « qu’est-ce qu’il a dit, qu’est-ce qu’il a dit? ». Même si l’oreille s’habitue peu à peu à ces mauvaises conditions techniques, tout ça reste en dessous de l’acceptable. On sait que Renaud ne s’est jamais distingué pour ses aptitudes vocales, on sait que Forest National a une mauvaise réputation pour son acoustique, mais on connaît aussi beaucoup d’ingénieurs du son capables d’instaurer un confort d’écoute optimal dans cette salle. Ce mardi, c’était la bouillie et le chanteur au bandana rouge n’est pas le principal responsable.

L’émotion OK

Dès la fin du premier morceau, on a compris. Jeunes, moins jeunes et même beaucoup moins jeunes réservent à Renaud une ovation à donner des frissons. Riche de plus d’une trentaine de morceaux, le répertoire est connu de tous, même les petites dernières qu’il puise de manière généreuse dans son album « Renaud » paru au printemps dernier. « Mon public me pardonne tout », expliquait encore récemment Renaud dans les colonnes du quotidien Le Parisien. « D’ailleurs, au lieu de m’oublier après toutes ces années, les gens se sont multipliés. » C’est vrai. Ce mardi, à Forest, les enfants ont pu s’installer au bord de la scène. Et dans les premiers rangs, on voit beaucoup d’ados portant le « costume » de leur héros: cuir noir, foulard, cheveux en bataille et le jeans fatigué. Très belle émotion aussi pendant le medley final où les « anciens » revivent une partie de leur jeunesse et de leurs années « rebelles ». Oui, même avec ce son horrible, un concert de Renaud rend heureux et le chanteur au bandana en est le principal responsable.

L’autodérision au top

Renaud sait qu’il chante faux. Il sait que ses longues années d’alcoolisme lui ont donné du bide et des tremblements dans ses mains. Il vit avec. Et son public l’accepte. C’est cool. « Voix rocailleuse, voix caverneuse… Moi j’ajouterais « voix généreuse », déclare Renaud pendant son concert. « Je donne tout ce que j’ai. » Plus loin, il présente Ta batterie, extrait de son dernier album, de la manière suivante. « Chaque fois que je chante cette chanson, je me prends un bide, mais je m’en fous. » En début de concert, il revient sur ce sondage où Mistral Gagnant a été élue chanson préférée des Français. « Je ne suis pas d’accord. Mistral Gagant, c’est de la petite bière à côté de Brel, de Brassens ou de Ferré », dit-il.  « D’ailleurs moi, Mistral Gagnant n’est pas ma chanson préférée. C’est celle que je vais vous interpréter maintenant. Elle s’appelle En cloque. »  Sur HLM, il prend une guitare, tente deux ou trois accords et se retourne dépité vers son guitariste: « fais-le toi même ». Il ne sait plus très bien jouer, sa voix est foutue, mais il est debout et le reste chaque soir pendant deux heures et trente minutes. Respect. Présents dans la salle, les responsables du studio ICP de Bruxelles (où il a enregistré son dernier album) et les médecins de Sainte-Elisabeth sont remerciés « pour m’avoir guéri de quinze ans d’alcoolisme ».

Un visuel en 3D

Les rues de Paris constituent le décor principal de cette Phénix Tour. On est envoyé dans le quartier de l’Hyper Casher juste avant et après la prise d’otages sanglante. On vole d’une étagère à l’autre sur l’émouvant Les mots (sur lequel, miracle, la voix est juste) et on débarque au milieu de milliers de Playmobil qui manifestent place de la République pendant J’ai embrassé un flic.

Et la suite

Renaud a d’ores et déjà annoncé qu’il allait jouer dans les festivals d’été. On le verra en Belgique, reste à sa voir où. Pour la fin 2017, Renaud annonce un nouvel album (en partie déjà enregistré) destiné aux enfants. Il est réalisé avec son ex-gendre Renan Luce.

 

 

 

 

 

Plus d'actualité