Votre métier est-il pénible ?

Le gouvernement tente de définir la liste des métiers “difficiles”, qui mériteraient un régime de pension avantageux. L’exercice est délicat, car la pénibilité est avant tout une question de ressenti personnel. 

Votre métier est-il pénible ?

Ludovic Closset, accompagnateur de train à la SNCB et délégué CSC Transcom, se dit fatigué. “Avec nos horaires irréguliers, il est difficile de trouver son rythme de sommeil. On peut commencer à 3 h du matin le lundi, à midi le mercredi et à 20 h le vendredi… C’est une réalité pour la plupart des accompagnateurs. Mais on a conscience de notre utilité. Alors on mord sur notre chique et on s’adapte.” Ce Liégeois est toutefois tombé des nues quand il a appris, la semaine dernière, l’intention du gouvernement Michel de supprimer progressivement les régimes préférentiels des pensions qui permettent au personnel roulant de la SNCB de partir à la retraite dès 55 ans. “Il ne faut pas oublier que les accompagnateurs de train doivent plusieurs fois par jour passer d’un train climatisé à un qui ne l’est pas en s’arrêtant, entre les deux, sur les quais, pas toujours couverts, même quand il drache. Je vous le dis, avec les changements de température, on tombe facilement malade”, continue Ludovic en évoquant, de surcroît, les agressions souvent verbales, parfois physiques, dont la profession fait l’objet. 

Le gouvernement planche sur les critères

Pénibilité_Kanar_2

Alors Ludovic ne mâche pas ses mots. Son job est “pénible”. Il serait ainsi logique, selon lui, de continuer à partir à la retraite quelques années avant les travailleurs de secteurs moins “lourds”, qu’il ne cite pas. Personne ne niera que le métier d’accompagnateur de train puisse s’avérer éprouvant. Mais ce n’est pas le seul. Par conséquent, plutôt que de viser des professions en particulier, le gouvernement fédéral planche plutôt sur les critères permettant de définir un “métier pénible” de manière plus large. 
Loin d’être rassuré, ce qui habite Ludovic Closset, à ce stade, c’est plutôt le sentiment d’avoir perdu un régime de pension favorable au profit d’un nouveau système méconnu. Et un tas de questions. Quels boulots seront considérés comme “pénibles”? Selon quels critères objectifs et subjectifs? Et quelles “faveurs” seront accordées aux travailleurs concernés? 

Pour découvrir la suite de l’article, rendez-vous en librairie ou sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Plus d'actualité