Festival international Nature Namur: émerveiller pour interpeller

Entretenir une réserve, soigner la faune sauvage, recenser les papillons, aider les grenouilles à traverser, sensibiliser, manifester. À chacun  son mode d’action, selon ses affinités.

Hérisson - Festival international Nature Namur

Durant dix jours à Namur, les plus belles images produites par Mère nature vont envahir écrans et cimaises. Pour votre émerveillement. Mais aussi pour secouer votre conscience. Les beautés de la planète sont nombreuses, les dangers qui les menacent le sont tout autant. Mais moi, petit sujet d’un petit royaume, quelle contribution concrète puis-je apporter à sa préservation? Agir dans la sphère privée en renonçant aux pesticides, en nourrissant les oiseaux, en plantant une haie, c’est très bien. Mais si je veux m’investir davantage ? Reste alors à rejoindre la grande famille des bénévoles nature en intégrant une structure locale, un comité de citoyens. 

Ou une association au spectre plus large. Comme Natagora, qui gère 210 réserves naturelles dans la partie francophone du pays. “Actuellement, quelque 1.800 bénévoles nous viennent en aide, indique Mari-Luz Sanchez, directrice du département volontariat. Un chiffre en lente mais constante augmentation depuis des années.” Que font-ils, ces volontaires? Plein de choses très différentes. Certains participent à la maintenance d’une réserve en fauchant, en clôturant, en traçant des chemins d’accès ou en plaçant des panneaux d’information. Pratique: le guide “nature côté action” de l’association recense 180 journées et week-ends de travail sur l’année. En novembre, sont par exemple programmés la taille d’arbustes au refuge naturel de la Marache (Lasne), une journée d’entretien au terril de Marcasse à Wasmes, la gestion du troupeau de chèvres et de moutons à Devant-Bouvignes (Dinant), du débroussaillage dans la réserve des Enneilles à Durbuy…

Chez Natagora, on peut aussi intégrer une des 25 régionales, lesquelles travaillent davantage sur la sensibilisation (tenue de stands, actions dans les écoles); aider les grenouilles à traverser les routes; recenser les oiseaux ou les papillons… “Le type de participation varie en fonction des centres d’intérêt de chacun, souligne Mari-Luz Sanchez. Mis à part les groupes de travail spécialisés, aucun bagage n’est requis. L’enthousiasme suffit.”

Pour découvrir la suite de l’article, rendez-vous sur notre édition numérique. 

Les plus belles images nature à Namur

Au cœur du programme du Festival international Nature Namur, une cinquantaine de films, véritable florilège des productions nature d’ici et d’ailleurs. Des cinéastes amateurs vous invitent à suivre le développement du plus grand papillon d’Europe (le paon de nuit), à pénétrer l’intimité d’une famille de castors ou le monde féerique d’une source, à admirer l’éblouissant ballet des grands tétras des Pyrénées. Les films professionnels emmènent souvent le public plus loin, du désert namibien aux eaux polynésiennes, du parc de Yellowstone (Wyoming) aux forêts d’Iran. 
Partout, des images à couper le souffle. Mais il s’agit ici d’émerveiller pour interpeller, pour éduquer. Des dizaines d’expos sont programmées en différents lieux de la citadelle de Namur, à la Brasserie François (centre-ville) ainsi qu’au complexe Acinapolis de Jambes. Comme à l’habitude, ce dernier hébergera un village nature à la parure originale, mêlant graminées et végétation foisonnante. Qu’y trouvera-t-on? Des livres et DVD, de l’équipement d’observation, des produits pour les oiseaux, du matériel pour la photo naturaliste. Pointons à ce sujet les initiations à la photo nature (paysage, macro, camouflage) des 15 et 22 octobre (12 € par personne, réservation obligatoire au 081/43.24.39). Enfin, le Festival Nature se prolonge sur le terrain. Avec une quarantaine de sorties en région namuroise, encadrées par des guides expérimentés.
DU 14 AU 23/10. 081/43.24.20. www.festivalnaturenamur.be

Plus d'actualité